Nos familles

Touki Montréal vous propose la critique de la série documentaire  Nos familles dans le cadre de la première journée du  25e Festival PanAfrica international de Vues d’Afrique.

Nos familles est une série de documentaires produits par ORBI-XXI, une entreprise canadienne  spécialisée dans le créneau culture, justice et société et diffusée par la chaîne spécialisée Historia. Chaque épisode propose le portrait d’une communauté issue de l’immigration à travers les histoires de familles installées au Québec.

Ce soir, pour sa journée d’ouverture, le festival PanAfrica International présentait au cinéma Beaubien cette série sous la forme d’un montage réunissant  3 épisodes sur les cultures haïtienne, sénégalaise et tunisienne.

On y apprend pourquoi l’humoriste Boucar Diouf achète toujours ses manteaux une taille au dessus, comment le champion du monde de boxe Joachim Alcine a dû combattre la barrière de la langue lors de ses premières années au Québec et que  Elkahna Albi alias la slameuse Queen Ka voudrait réunir ses deux cultures « divorcées ».

Chaque épisode est construit de la même façon : le portrait d’un personnage principal et de sa famille : Boucar Diouf pour le Sénégal, Elkahna Albi pour la Tunisie et Joachim Alcine pour Haïti. Le tout est acoompagné d’images d’archives et des propos de l’historien Éric Bédard qui explique entre autres les liens qu’unissent ces pays avec le Québec. En conclusion, sont cités quelques exemples de personnalités ayant réussi au Québec. En somme, le côté rose bonbon de l’immigration.

Mais le tout est plutôt réussi, les parcours individuels donnent du relief et de la couleur à ces leçons d’histoire sur l’immigration au Québec. Les personnages ont été choisis avec soin car ils ne sont pas avares d’anecdotes croustillantes sur l’intégration.

Le tout est agrémenté de kompa, cette musique qui est à Haïti ce que le reggae est à la Jamaïque, de mets tunisiens comme la salade mechouia et d’un jam de djembés. La richesse culturelle dans toute sa splendeur. Instructif et ludique.

« Nos Familles »  était présenté dans la section « Regards d’ici sur l’Afrique et les pays créoles »

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE