L’Afrique aux Canadiens : 25 ans de regards canadiens sur l’Afrique.

Dans le cadre de ses soirées thématiques, le Festival Vues d’Afrique a proposé les dimanche 19 et lundi 20 avril 2009 quatre documentaires datant des années 80 à nos jours, sur la société africaine et sa diaspora. Leur point commun ? Avoir été réalisés par des cinéastes canadiens. L’ enjeu? Se pencher sur l’évolution du regard porté par ces cinéastes sur le continent africain depuis 25 ans.

Assez des images misérabilistes, spectaculaires et exotiques de l’Afrique. Nous sommes dans les années 80, le «tiers-monde» s’est imposé sur la scène internationale, en opposition aux deux blocs libéral et soviétique qui se font la guerre froide, les notions de «liberté», de «souveraineté» et d’«égalité des peuples» demeurent à la mode et les intellectuels de tous les mondes y croient encore pour quelques années. C’est en les replaçant dans ce contexte qu’il faut revoir aujourd’hui les documentaires Sur nos propres forces réalisé par Maurice Bulbubian en 1985 et Distorsions, de Jacques Godbout, filmé en 1981. Le premier film présente des épisodes de la vie d’un peuple, celui du Burkina Faso, anciennement Haute-Volta, le «pays des gens intègres», à l’heure des grands changements révolutionnaires opérés par le Président Thomas Sankara, grande figure de l’Histoire africaine. Le second documentaire quant à lui entame avec intelligence et brio la démystification des mass-média : en donnant la parole à des journalistes africains de passage à Montréal, le réalisateur dénonce l’impérialisme culturel occidental de la presse internationale. Un chef d’œuvre du genre.

Photo extraite du film Distorsions, de Jacques Godbout.
Photo extraite du film Distorsions, de Jacques Godbout.

Chacun des deux documentaires montre à sa manière une Afrique et des africains debout, acteurs des changements économiques, sociaux, politiques et culturels de leurs pays respectifs, les encourageant, les déplorant parfois. Nous pouvons voir à l’image un continent en marche, fier de ses coutumes, de ses traditions, d’ores-et-déjà conscient que la mondialisation à venir sera inégale et sans appel pour eux et qu’il faudra se battre.

Changement d’époque mais pas de lieu, les deux autres films proposés lors de ces soirées posent des regards beaucoup plus douloureux et fatalistes sur les réalités africaines d’aujourd’hui. Réalisé par le canadien Josué Bertolino et écrit pas le nigérien Edouard Lompo, la fiction Book city raconte la vie de Moussa, un jeune nigérien du quartier Book city de Niamey, capitale du Niger, qui «exploite» une décharge sauvage pour vivre. Un retour à l’image misérabiliste du continent?

 

Seules dresse par ailleurs deux portraits poignants : ceux de deux algériennes d’une quarantaine d’années ayant quitté leur pays pour s’installer à Montréal, avec maris et enfants. Réalisé par Bachir Bensaddek, algérien d’origine, le documentaire effectue une plongée douce et amère dans la vie de ces deux femmes et leur situation d’immigrées.

Au final, en sortant de ces projections, on se dit que la jeune génération de cinéastes canadiens filmant l’Afrique gagnerait peut-être à revoir les films de ses aînés. Elle y trouverait sans doute la liberté de ton, le souffle de la pertinence et la fraîcheur de l’engagement du cinéma d’antan, gages d’un regard porteur d’espoir sur le continent noir.

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE