Ibrahim Labyad : amour et violence au Caire

Présenté dans la catégorie Hors Compétition au Festival du Film du Monde 2009, Ibrahim Labyad expose la vie des bas-fonds de la ville du Caire. Ames sensibles, s’abstenir.

C’est la nuit noire. Des intrus pénètrent de force dans l’appartement de la famille d’un jeune garçon. Celui-ci voit son père brutalement assassiné. Le réalisateur égyptien Marwan Hamed annonce d’entrée la couleur de son long-métrage : violence et cruauté sont au rendez-vous.

Ibrahim Labyad, c’est l’histoire de cet univers inconnu de la plupart. Univers impitoyable où la loi du plus fort est le seul gage de survie. Ces petites ruelles où les coups de machette et effusions de sang sont monnaie courante. Des quartiers de non-droit, que la police même a abandonnés.

Le film est animé par les excellentes performances d’Ahmed el-Sakka (Ibrahim) et Mahmoud Abdel Aziz (Zarzur). Ennemis guidés par les mêmes désirs de vengeance. Tous deux prisonniers de leur amour pour la ravissante Horeya (Hend Sabri), à la fois ange et démon.

L’extrême brutalité du film semble parfois inutile et exagérée. Elle dénonce toutefois un phénomène réel. On est loin de l’action hollywoodienne et des happy endings. C’est une vision très négative qui est ici avancée. Mais une vision marginale, à n’appliquer qu’ à une partie restreinte de la société égyptienne.

Nicolas Roux

Ibrahim Labyad – Égypte 2009 / Couleur / 134 min

La bande annonce:

http://www.youtube.com/watch?v=KfHCZPw9OAE

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE