Ramata, l’adieu de Katoucha

4

Dans le cadre du Festival du nouveau cinéma (7-18 octobre), Touki Montréal a assisté à la première projection du film Ramata du réalisateur congolais Léandre-André Baker. Le film est en compétition dans la catégorie Panorama international.

L’histoire se déroule au Sénégal. Ramata Kaba (Katoucha Niane) est depuis 30 ans, la femme de Mata, ministre d’État au gouvernement. Un soir, alors qu’elle revient d’un accouchement, elle embarque dans un de ses taxis jaune et noire qui pullulent à Dakar. Il s’en suit alors une série d’aventures qui l’emportera dans les plus profonds abysses du plaisir et de la chair avec Ngor Ndong (Ibrahima Mbaye), petit voyou du quartier.

Katoucha et Ibrahima Mbaye dans ramata
Ramata et Ngor Ndong

Adapté du roman éponyme du sénégalais Abasse Ndione publié en 2000, le film traite de la vie d’une femme de 50 ans qui a tout eu dans sa vie, mais qui en redemande, au risque de devoir affronter tous les sacrifices qu’elle n’aura jamais faits.

Avant la projection à l’Ex-centris, le réalisateur présent a expliqué qu’il était « heureux d’être là » pour présenter son film, « une production Sud-Sud (Sénégal-Congo)». Il a aussi profité pour rendre hommage à Katoucha Niane actrice principale, mannequin et ex-égérie d’Yves Saint-Laurent décédée des suites d’une noyade en février 2008.

Ramata, c’est aussi un film sur Dakar. Ses corniches, sa musique (notamment le Mbalax), ses dibiteries, (grillade de viande), et ses paradoxes puisque misère et richesse s’y côtoient tous les jours. Moins comme des solitudes que des sœurs ennemies, à l’image de Ramata (riche et belle) et Ngor (Pauvre et voyou).

Katoucha
Katoucha

Ibrahima Mbaye
Ibrahima Mbaye

À noter aussi le jeu d’acteur de Katoucha, Viktor Lazlo et surtout Ibrahima Mbaye qu’il faut voir dans l’Absence de Mama Keita. Convainquant dans la peau du malfrat, il assure la réplique et permet à Katoucha d’exceller dans son personnage, à tel point qu’il est parfois difficile de faire la différence entre Ramata et Katoucha.

Stéphane Waffo

Ramata sera projeté le 18 octobre prochain à la salle Fellini de l’Ex-Centris, toujours dans le cadre du 38e Festival du Nouveau Cinéma.

Extrait d’une entrevue du producteur et du réalisateur de Ramata

4 Commentaires

  1. salut bah moi g pas regarde le film mais quand meme g lu le livre et c vraiment formidableet jespere que lefim est aussi bon quele livre et vraiment chapeau a abass ndione ilest super.en fait je veux proposer au realiateur de ce film de realiser « dard du secret » de sokhna benga c sur que ce sera top il na ka lire le livre et il verra peace………..

  2. Salut Maty.

    J’espère que tu pourras regarder le film. Sinon, je vais voir pour le livre de Sokhna Benga. En tout cas, merci pour ton commentaire.

  3. Ah oui, le dard du secret, avec le Dakar du glauque, ça ferait un superbe film. Le milieu de la drogue, de la prostitution, les maisons closes, etc. J’ai lu cette histoire, il y a longtemps. J’ai aimé Aïta, mais surtout Julien Ousmane Ndiaye, le parrain.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.