Unique dans son genre

Kinobe & Soul Beat Africa seront au Balattou dimanche, le 25 octobre, pour promouvoir leur nouvel album. Le seul arrêt au Canada promet d’être une belle première rencontre.

Kinobe (Che-no-bé) se catégorise comme musicien « world » avec des racines africaines. Malheureusement, cette vaste désignation ne permet pas de comprendre la singularité du talent du jeune Ougandais. Il parvient à créer un son unique qui défie toute catégorisation en mixant les genres de musiques et les types instruments d’une manière non conventionnelle, mais très « pop ».

« La façon dont j’utilise les instruments traditionnels africains, par exemple, est une manière d’obtenir quelque chose d’unique. Je vais changer leurs accords pour de créer un son qui me permet de jouer des chansons qui n’ont pas été écrites pour eux comme celles du jazz, du funk ou du blues. »

Dans ses chansons, les expérimentations ne sont pas de trop; elles s’ajoutent à la construction qui se base sur une sonorité « pop africaine ». Sur l’album Kinobe & Soul Beat Africa, le titre « Njagala Kuddayo » utilise un n’goni d’une manière qui rappelle le violon celtique. « The Caribbean », sans être une mélodie des Caraïbes, s’en inspire avec des maracas et une percussion qui se veut comme un tambour d’acier jamaïcain. Puis, la manière dure jouer la guitare dans « Sweet child » transport d’auditeur aux Andes.

« Les différentes rencontres que j’ai faites au cours de mes voyages et de mes déplacements sont ce qui mont le plus influencé. Vivre avec des gens qui viennent d’une culture autre que la mienne, qui parlent une langue que je ne connais pas, qui détiennent un savoir qui leur est propre à former et continue de muter mes créations musicales ».

« Je ne suis pas le premier à jouer de la musique, et je ne prétends pas l’inventer. Apprendre des grands de la scène internationale me permet de comprendre le monde et de le voir comme un petit village peuplé de gens de plusieurs origines et cultures. »

Kinobe a beaucoup collaboré avec les vedettes. Dès l’âge de 10 ans, il joue aux Pays-Bas avec des célébrités du « World Music ». Depuis lors, il n’a pas cessez d’accompagner des musiciens de partout, particulièrement ceux d’Afrique tels que Youssou Ndour, Salif Keita, Baaba Maal, Toumani Diabate, Angelique Kidjo, entre autres.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.