RIDM : La Chine est encore loin

La_Chine_est_encore_loinL’histoire:

Ghassira, village reculé du désert de l’Algérie. À travers la vie des enseignants d’une classe de primaire, de vieux moudjahidines et le quotidien des habitants du village, le spectateur découvre une société d’une autre époque. La mémoire de la colonisation et des traditions bercent la vie de ces berbères perdus dans les montagnes des Aurès.

Le coup de cœur

Ce documentaire en est un d’images, de longs plans, surtout des magnifiques montagnes. La dernière scène est lourde de sens par rapport au titre du film et à toute la démonstration précédente, mais ce serait vendre le «punch».

Deux scènes de l’école coranique sont impressionnantes : une centaine d’enfants récitent  le Coran à haute voix et de façon totalement désordonnée. L’un fait office de professeur, pointant des mots au tableau, les autres récitent. Cacophonie et désordre règnent dans l’apprentissage de Dieu.

Le hic:

Les scènes qui représentent les femmes et les jeunes filles, peu nombreuses dans le documentaire, peuvent paraître un peu cliché. La condition de ces dernières est ancrée dans les traditions pures ; enfant au service du père, femme qui fait le ménage, jeunes filles voilées qui ne peuvent se baigner. Certaines scènes qui les montrent semblent superflues.

Le réalisateur:

Né en Algérie, Malek Bensmaïl développe tous ses projets autour de confrontations. Modernité et traditions, Orient et Occident, rapports Sud-Nord. Il a plusieurs documentaires à son actif, dont Le grand jeu et Allénations.

La Chine est encore loin sera présenté le 18 novembre à 17h30 à la Cinémathèque québécoise. Il est en compétition dans la catégorie Caméra au poing aux RIDM.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE