RIDM : Garbage Dream

Le pouls :

Présenté dans la catégorie Écocaméra, devant une salle pleine d’écologistes et de gens préoccupés par le sort de la planète, Garbage Dream est un film à débat. Il pose de bonnes questions et suscite la réflexion.

L’histoire :

Les Zabaleen sont ces Égyptiens qui vivent à Mokattam, le plus important village-dépotoir du monde. Les habitants de cet endroit rarement montré vivent du recyclage des vidanges. Toute leur vie est organisée autour des déchets ; les rues, les routines, l’éducation, leur mode de vie. Mais voilà que les grandes villes commencent à faire appels à des compagnies étrangères pour gérer les vidanges. Les emplois des Zabaleen s’en trouvent menacés, eux qui font ce métier depuis toujours…

Les scènes marquantes :

Nabil et Adham, deux jeunes qui étudient à l’école du recyclage, ont la chance de faire un voyage d’une semaine en Angleterre pour se familiariser avec les nouvelles techniques de recyclage. Les commentaires des deux amis sont savoureux et très drôles.

Dès son retour, Adham ne rêve que de repartir. Il a rapporté comme souvenir une cassette de musique anglaise, qu’il fait régulièrement jouer dans la pièce commune de sa maison. Contraste et incompréhension du reste de la famille font sourire.

Le hic :

Il aurait été intéressant d’avoir le point du vue des fameuses compagnies étrangères qui prennent peu à peu le monopole des poubelles égyptiennes.

La réalisatrice :

Productrice et réalisatrice, Mai Iskander en est à sa première œuvre cinématographique. Elle a pris quatre ans à faire Garbage Dream. Elle a commencé sa carrière comme assistante à la caméra et a travaillé sur plusieurs projets ( Men in black, As Good as It Gets). Son nouveau documentaire, Watchers of the sky a été filmé au Tchad.

La bande annonce :

Garbage Dream était présenté en première québécoise, dans la catégorie Écocaméra.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE