Les défis du Repaf

Touki Montréal vous fait revivre une journée de rencontre organisée par le REPAF. Un organisme qui réunit les leaders africains du Canada de demain.

Créé en 2005 , le REPAF ( Réseau des entrepreneurs et professionels africains) s’est donné pour but de développer un réseau de leaders d’origine africaine afin d’accroître leur influence, leur épanouissement et leur intégration. La spécialité de cet organisme ?  Le mentorat et le réseautage. Grâce à ces deux atouts, les membres de ce réseau se donnent toutes les chances de réussite dans le milieu d’affaires québécois ou canadien.Lors d’une journée de conférences et d’ateliers, les membres se sont réunis à Montréal pour partager leur expérience ou donner l’envie à d’autres de devenir mentor et mentorés.

Le mentor désigne un professionnel ou un entrepreneur d’expérience qui aidera le mentoré par ses conseils. Mais pour Marie Brouillet, présidente d’Eloquencia et Coach au Réseau des femmes d’affaires du Québec, « ce n’est pas juste dans un sens que cela se fait, il faut qu’il y ait échange entre les deux parties. » Ce que confirme Komlan Messie, président du Repaf: « Mon expérience de mentor, cela m’apprend à me taire, à écouter, c’est un beau cadeau pour moi. » Komlan Messie nous rappelle également la différence entre le mentorat et le coaching:

Aider les communautés noires du Québec à s’intégrer par l’entreprenariat, c’est l’une des volontés du gouvernement québécois depuis 2007. 2,7 millions de dollars, c’est le montant qui a été dégagé sur trois ans pour faciliter la création d’entreprise par ces professionnels. Yolande James, Ministre de l’immigration et des communautés culturelles du Québec est venue faire passer un message aux mentors et mentorés du Repaf :

« C’est important dans le cadre du mentorat d’avoir des gens qui vont t’aider dans le cadre de ce qu’on veut faire. Au Québec, on est dans une période où on souhaite sortir d’une situation économique et une pénurie de main d’oeuvre dans les prochaines années. Et la création de richesse est vraiment importante. L’entreprenariat touche directement à cet enjeu aux défis des prochaines années. »

Pour sortir d’une situation difficile au plan professionnel, Marie-Hélène Jean-Baptiste a décidé de se faire mentorer pour son travail de conseillère financière:

Tous ces échanges sont bien sûr difficiles à décrire sans avoir eu la chance de les expérimenter. Pour pallier ce manque, , 25 régles de jeu non écrites pour un développement professionnel et entrepreneurial de longue durée, a été co-écrit par Komlan Messie, Saturnin Tomeho et Sylvain Tomeho. Ce dernier est l’un des membres fondateurs du REPAF. Touki Montréal lui a demandé quels étaient les défis que devaient relever les entrepreneurs africains à Montréal :

Même si le Repaf est constitué en majorité de professionnels, il reste très ouvert à tous les types d’activités. Touki Montréal a eu la surprise de croiser dans cette journée l’artiste Senaya. Elle a été en 2003  lauréate du prix de l’interprète de l’année au Festival International de la Chanson de Granby:

Montages et réalisation : Marie Roncari

Journaliste : Charles Mathon

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.