Alpha Blondy : live in Peace

C’est après 18 albums et 27 années de carrière que sort le tout premier DVD live de la star internationale de reggae, Alpha Blondy. L’ambiance de Live in Peace a été capturée le 7 mai 2009 au Zénith de Paris.

Le DVD Live in Peace Tour

Un concert religieux de deux heures, dans lequel Alpha Blondy plaide sans cesse pour la paix dans le monde. L’ambassadeur du reggae ivoirien alterne discours, succès comme JerusalemPeace in Liberia ou encore Brigadier Sabari et chansons de son dernier album, Jah Victory, paru en 2007. Et c’est ici que les fans du roots d’Alpha Blondy des années 80-90 seront déçus. Même si musicalement le titre Mister Grande Gueule est solide, les paroles, elles, manquent de subtilité. Demain t’appartient, lui, repose sur une mélodie presque R’n’B. Le plus décevant arrive avec le titre Tampiri : trois créatures aux jupes fendues et aux formes généreuses montent sur scène et charment la foule par leurs pas de danse orientale.

Heureusement, l’excellent Sweet Fanta Diallo fait oublier la précédente déception. Alpha Blondy est au zénith en interprétant son incontournable Cocody Rock repris en chœur par le public. La magie opère. J’en frissonne jusqu’à en fredonner l’air. Là, même calé au fond du canapé l’envie de se lever, de danser et de participer à la fête se manifeste.

Même si de nombreux titres manquent à l’appel comme Les imbéciles, God bless Africa ou Armée française, Live in Peace propose, le long des 19 chansons et d’une interview en bonus, un bel aperçu de l’immense carrière du Bob Marley ivoirien : Alpha Blondy.

1 commentaire

  1. Le commentaire sur le Dvd live d’Alpha Blondy n’est pas très clair, à l’exception de la chanson Mister Grande Gueule , dans laquelle effectivement cela manque de subtilité au niveau de l’écriture, pourquoi le fait que Demain t’appartient soit sur une mélodie presque r&b est une critique en soi, pareil pour Tampiri , en quoi les trois femmes qui dansent sont une déception , on ne comprend pas bien sur quoi porte la critique.

LAISSER UN COMMENTAIRE