L’Algérie et le Ghana dans le carré d’as

Comme en 2008, le pays organisateur ne franchira pas les demi-finales de la Coupe d’Afrique des Nations de soccer. Contre le Ghana, les Palancas Negras ont tout donné, mais il en fallait plus pour accompagner l’Algérie, autre surprise de la journée.

Supporter angolais; Photo : manbeastextraordinaire, Flickr

Les amoureux de football africain ont eu droit à une journée sans répits. Lors de la première des deux journées de quart finale de la CAN 2010, deux matchs de gala avaient lieu en Angola. À Luanda,  le pays organisateur était opposé au Ghana. Tandis que ceux qui se sont déplacés à Cabinda ont assisté à un match plein d’intensités et de rebondissements entre deux mondialistes, les Éléphants de Côte d’Ivoire et les Fennecs d’Algérie.

Dans le premier match, le Ghana, toujours privé de son capitaine Michael Essien, ouvrait le score dès les premières minutes suite à une action collective bien menée et conclue par une frappe croisée du pied droit de l’attaquant rennais Gyan Asamoah. S’ensuivent alors plusieurs raids angolais devant les buts du gardien et capitaine des Blacks Stars, Kingston. Mais les Palancas Negras sont maladroits et vendangent toutes les occasions, notamment son attaquant Manucho, grosse déception du tournoi. Les hommes de Milovan Rajevac vont ensuite gérer le match jusqu’à coup de sifflet final (1-0).

La présence dans les tribunes du président angolais José Eduardo dos Santos n’aura pas suffit aux poulains du sélectionneur Manuel José. Comme en 2008, l’Angola est éliminé de la compétition et devra attendre une autre année pour enfin accéder aux demi-finales de la coupe d’Afrique.

Une Algérie avec un cœur d’éléphant

Didier Drogba, auteur d'un but lors de cette CAN, Photo : Manbeastextraordinaire, Flickr

Dans l’autre rencontre aux allures de finale, Ivoiriens et Algériens ont offert au public de Cabinda un match sensationnel. Dès la 4e, Salomon Kalou ouvre le score après un beau travail de Yaya Touré. La Côte d’Ivoire se relâche et laisse alors l’Algérie se procurer les meilleures occasions. Avec le retour de son meneur de jeu, Meghni, les Fennecs dominent le milieu de terrain et Karim Matmour égalise après un slalom dans la défense ivoirienne.

Au retour des vestiaires, l’Algérie monopolise le ballon et il faudra plusieurs arrêts de classe du gardien ivoirien pour que le score ne soit pas plus corsé. En fin de partie le sélectionneur ivoirien fait rentrer le virevoltant Kader Keita et à la 88e, il inscrit un somptueux but d’une frappe du  gauche à 26 mètres des buts. La Côte d’Ivoire exalte et croit tenir sa qualification. Il faudra une tête de Madjid Bougherra dans le temps additionnel pour calmer ardeurs et excitations ivoiriennes.

C’est sur le score de 2-2 que commencent les prolongations. Défensivement fébriles, les Ivoiriens sont à la ramasse et encaisse logiquement un but de Hameur Bouazza, synonyme de victoire.

Didier Drogba et la génération de l’ASEC Mimosas -Zokora, Kolo Touré et Tiéné- ont encore raté une occasion de hisser le drapeau ivoirien sur les sommets du sport africain et devront se contenter de la coupe du monde dans quelques mois pour prouver que l’équipe n’est pas encore sur la pente descendante.

Le Ghana affrontera le vainqueur du match Nigéria-Zambie et l’Algérie retrouvera peut-être l’Égypte, son ennemi de l’heure, si les pharaons réussissent à dompter les lions indomptables du Cameroun.

Ziani, Saïfi et Belhadj titulaire contre le Malawi -Photo Dz online, Flickr

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.