Ali et Toumani : Dialogue de maîtres

Le guitariste de légende Ali Farka Touré et l’immense joueur de kora Toumani Diabaté dialoguent une nouvelle fois par l’intermédiaire de leur instrument pour le plus grand plaisir de notre ouïe. Cinq ans après In the heart of the moon, les deux maliens remettent ça avec un album sobrement intitulé Ali and Toumani.

Toumani Diabate et Ali Farka Toure ; World Circuit / Nonesuch Records

Serein, lumineux, calme et aérien. Comme le désert. Ali and Toumani transportent nos âmes de dunes en dunes. C’est un voyage de 11 chansons pendant lesquelles on ne connaît pas la soif. Le parcours méditatif est parfois ponctué de quelques paroles chantées. Grattées, pincées, frottées, avec vivacité ou lenteur, les cordes s’interrogent et se répondent avec finesse et élégance. Parfois, kora et guitare vibrent à l’unisson. Sans difficulté on pénètre dans l’intimité et la complicité des mélodies qui nous bercent et nous protègent contre toutes les tempêtes du désert.

Cet opus a une saveur posthume particulière et inhabituelle. Cela fait déjà quatre ans qu’Ali Farka Touré a quitté la terre et Ali and Toumani a la sérénité du désert, et un blues léger comme l’harmattan. La précédente conversation instrumentale d’Ali Farka Touré et Toumani Diabaté avait été couronné d’un Grammy Award en février 2006 du meilleur album traditionnel de musique du monde, soit un mois avant la mort du guitariste.

Longtemps après que la dernière note d’Ali and Toumani expire son ultime souffle, le dialogue continue de résonner, un dialogue inspiré et imprimé dans le sable du Sahara que ni vent ni marée ne pourraient effacer.

L’album sort le 23 Fevrier.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.