Sortir du Nkuta de Céline Metzger

Dans le cadre du mois de l’histoire des Noirs, l’organisme Arc en Ciel d’Afrique organise la seconde édition de Massimadi, le Festival de films LGBT -lesbienne, Gay, bi et transsexuel – Afro-caribéen de Montréal. Le documentaire Sortir du Nkuta y sera projeté le 14 février prochain.

En 2006, l’homophobie atteint son paroxysme au Cameroun lorsque plusieurs journaux décident de publier les listes des personnalités politiques et publiques homosexuelles. Avant cela, plusieurs cas d’arrestations ont lieu dans le pays, le plus souvent suite à des dénonciations.

Alice Nkom est l’une des rares à se battre. Avocate, elle défend la cause de onze Camerounais condamnés et enfermés pour homosexualité. C’est sur elle que Céline Metzger a décidé de pointer sa caméra. Pendant plus de deux ans, la journaliste et réalisatrice française va suivre cette avocate et plusieurs jeunes dans leur bataille quotidienne contre la répression des homosexuels.

Quelques témoignages ici et là renseignent sur l’état d’homophobie qui règne à l’époque. Céline Metzger filme Lambert, Nathalie, Muriel, Tatiana, Elvis, Serge dans leur univers quotidien. Serge regrette de ne pas avoir fini ses études. Elvis rêve d’avoir assez d’argent pour pouvoir organiser un grand repas dans l’optique d’avouer enfin à sa famille son orientation.

Au cœur du problème, un article de loi. Dans le Code pénal camerounais, l’article 347 stipule que « quiconque a des relations sexuelles avec une personne de son sexe sera punie de six mois à cinq ans de prison et devra payer une amende allant de 20 000 à 200 000 francs CFA », soit l’équivalent de 46 à 460 dollars canadiens. Aucune volonté de changement de la part de l’État d’en finir avec un texte aussi rétrograde. Pourtant, rien n’arrête Alice N’kom. Même les juges impartiales. Selon l’avocate, il s’agit d’un article qui s’oppose à la constitution.

Sortir du Nkuta : « sortir du placard »

Le documentaire est présenté à Montréal dans le cadre du Festival LGBT Afro-caribéen de Montréal, sous le thème « Rendre visible l’invisible : L’homosexualité et les communautés noires dans le cinéma ». Le Festival commence ce dimanche 7 février 2010 avec le film Sonjé d’Emmanuel Jean-Baptiste.

Sortir du Nkuta, Céline Metzger, 52 min, Cameroun, France, Les Films du Balibari

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.