Strass, paillettes et jaret pour la Saint-Valentin ?

Il semblerait qu’en 2010, la tradition de fêter ce jour en amoureux soit en perdition. En effet, le week-end dernier, il était difficile pour un couple de trouver une activité excitante. Retour sur quelques évènements organisés à cette occasion.

Vendredi 12 février ouvrait le bal avec la soirée Strass et Paillettes, organisée par les groupes Enigma et Yung Moh production. Tous les clubbers montréalais se sont retrouvés au Phillips Lounge pour une nuit de folie. Le club, plein à craquer, ne pouvait laisser aucune intimité pour les amoureux qui voulaient juste danser entrelacés. Une ambiance de feu avec Dj Mohtorious et Leezo Licious aux platines qui ont animé la foule avec des rythmes hip-hop –  Dancehall et Afro.

Rien de très glamour pour une saint Valentin. Pour se rendre jusqu’au bar, il fallait traverser une masse de personnes tout en esquivant les coups de coude. Les comptoirs servaient plus comme appuis pour les couples qui se vouaient à des collés serrés très rapprochés. Comme dans les films américains, l’alcool coulait à flot auprès des «ballers» (personnes qui consomment des grandes bouteilles d’alcool) et les femmes touchaient presque le sol en faisant des déhanchés endiablés.

Âmes sensibles abstenez-vous de sortir dans ce genre de soirée où tous les interdits disparaissent. «Ambiance chaude» criait le Mc, c’est le cas de le dire pour cette soirée qui donne envie de se doucher en rentrant chez soi !

Jaret, jazz et becot

Ceux qui ont vraiment voulu se coller aux ailes de cupidon se sont retrouvés à l’Essence Lounge le samedi 13 pour un dîner-spectacle organisé par le Get Right Entertainment et le groupe Ezamoto.

Le restaurant, tout de rouge vêtu, laissait planer un soupçon de chaleur avec une décoration très concept. L’amour était bien présent. Feutré et délicat, le club était rendu méconnaissable, la salle toute prête à recevoir les couples.

Au menu : « jarret d’agneau braisé lentement » ou autre « tilapia cajun au beurre blanc ». Le tout accompagné par deux coupes de champagne avec des fraises enrobées de chocolat. La classe ! Et surtout, un repas succulent pour les papilles, avec en plus un spectacle intelligemment concocté. Un groupe de jazz a joué sur les notes de grands classiques passant de Louis Armstrong à Etta James. Saint-Valentin oblige, la musique de fond donnait envie de se bécoter.

Exercice plutôt réussi à l’Essence avec cette mise en scène particulière. Une soirée dansante a suivi le dîner avec des chanteuses de zouk, des danseuses de hip-hop dancehall et les Djs qui maîtrisent les nuits afro en ville, Dj Leezo Licious et Dj Sool. Du clubbin’ avec une pincée de romantisme…

Pas mal la combinaison !

Quelques photos de la soirée :

no images were found

Crédit : Leericists Imperial Wear Eric

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.