Lilian Thuram revoit sa copie

A travers Mes étoiles noires, l’ancien footballeur Lilian Thuram tente de démontrer que l’Histoire est remplie de personnalités noires marquantes, des figures qui ont contribué à façonner le monde. Un livre qui résonne en ce mois de l’Histoire des Noirs.

Cet essai apparaît comme la revanche d’un enfant qui regrette de n’avoir grandi à l’école qu’avec Baudelaire ou le Général de Gaulle. C’est ce qui l’aura poussé justement à appeler l’un de ses fils Khephren, pharaon de l’Ancien Empire égyptien: « Je voulais lui donner une vision plus ample de l’Histoire. Qu’il sache, par son prénom, que l’histoire des peuples noirs ne se résume pas à l’esclavage ». Avec l’aide de l’historien Bernard Filaire, Lilian Thuram a souhaité rappeler une autre Histoire, celle vue avec d’autres yeux que ceux de l’Occident.

De Lucy à Barack Obama, Lilian Thuram passe en revue des figures historiques plus ou moins connues. Saviez que le célèbre écrivain russe Alexandre Pouchkine était d’origine africaine ? L’inventeur de la lampe électrique aussi ? Comme le cite l’auteur, « Avant de partir au travail, disait le pasteur Martin Luther King, sachez que la moitié de toutes les choses et des appareils que nous avons utilisés chez nous ont été inventés par des Noirs!... »

L’auteur rappelle évidemment les grandes figures de la lutte contre le racisme, de la littérature : Mandela, dont il a fait la connaissance avant un match en Afrique du Sud ou Mongo Béti, dont il est allé rencontrer la femme. De multiples rencontres qui donnent de la couleur à l’essai de Lilian Thuram.

A travers cette liste, Lilian Thuram tisse les liens de son histoire personnelle et rappelle à quel point l’éducation occidentale oublie d’offrir à ses enfants ces « étoiles noires ». Il rappelle justement l’existence aux Etats-Unis du mois de l’Histoire des Noirs et ce, depuis plus de trente ans :  » Au fil des ans, les mentalités ont changé et ce changement n’est pas étranger à l’élection d’Obama en 2008. »

Mes étoiles noires est un essai qui n’est pas exhaustif mais dont la démarche est pertinente. La recherche est présente et apporte de la consistance pour ce type de travail très délicat. Une bonne anthologie avant une lecture plus poussée.

Charles Mathon

Pour aller plus loin:

Nations nègres et culture : De l’antiquité nègre égyptienne aux problèmes culturels de l’Afrique Noire d’aujourd’hui de Cheikh Anta Diop

Peau noire, masques blancs de Frantz Fanon

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.