En mode Tchoumakaya avec Dj Oudy 1er

Le dancefloor du club Essence était en feu en samedi 27 février 2010. Le promoteur de cette soirée spéciale « Coupé Décalé » avait pourtant prévenu : « le mannequin Dj Oudy 1er débarque à Montréal pour rehausser la température, et surtout présenter Tchoumakaya Act II ».

En attendant la star de la soirée, il fallait rechauffer le public. Le premier qui se jette à l’eau est un rappeur d’origine guinéenne, nommé Louny. Venu d’Ottawa, le jeune homme veut « représenter son bled » (jargon Afro-Hip-Hop), la Guinée Conakry. Pendant sa prestation (en lip sync assez flagrant), un des amis de l’artiste s’incruste sur la scène. Ils chantent en cœur « Conakry c’est ma cité! » et amusent leurs amis présents dans le public.

Après la prestation, Kalil Koulibaly (Dj IKK), un des animateurs de la soirée monte sur la petite scène improvisée : «Veuillez applaudir pour Louny mesdames et messieurs. C’est un petit jeune qui fait de la bonne musique ici à Montréal [hum il vient d‘Ottawa, ndlr] Regardez son beau travail !» Un portrait très subjectif qui laisse paraitre que c’est « son petit ». À l’image de ces animateurs trop mielleux qui louent les qualités de leurs invités. Bref, un bon show à l’africaine !

Les membres du groupe Ezamoto avec Dj Oudy 1er

C’est ensuite au tour du groupe Ezamoto de faire un tabac. «Moi aussi j’aimerais bien danser comme ça », lancent certaines filles timides cachées derrière leurs amies. Mouvements de hanches, à gauche, à droite, côté-côté, tout en cadence ! Ils sont fort ces Ezamoto et commencent d’ailleurs à faire du « boucan » dans tous les shows afros de Montréal.Après la danse, les Djs, Sool et Leezo Licious entrent en scène. « Si tu ne connais pas… Il faut demander! » crient-ils dans leurs micros. La phrase est devenue culte dans le milieu. Pourquoi ? Il faudrait leur demander. «Celui qui a pris le pouvoir dans le monde mondial!» continue Dj Leezo pour complimenter son collègue Dj Sool.

Une heure du matin et toujours pas de Oudy 1er en vue.  Ils aiment se faire désirer ces artistes ! Il sera 1h30 quand sa présence est  annoncée : « Dj Oudy 1er is in the building ! [Dj Oudy 1er est dans la place, ndlr] ». Sa montée sur la petite scène passe presque inaperçue.

Seul son foulard zébré et ses grosses lunettes de soleil noires aident à le repérer. Le public est très réceptif. Tout le monde danse et répond aux appels de l’artiste. «Est-ce qu’il y a des Guinéens dans la salle ? Est-ce qu’il y a des Ivoiriens? Des Congolais ?». Et ainsi de suite.

Il improvise des concours de danse de Tchoumakaya, le style qu’il a inventé. Il s’amuse à faire monter des jeunes femmes sur la scène. Qui de la Congolaise, Guinéenne, Camerounaise ou Ivoirienne gagnera ? Pour certains, c’est un délice pour les yeux.

Après quelques chansons (en lip sync…encore !) les trois Djs se sont mis au jeu des Atalaku (dire le nom de personnes pour recevoir de l’argent de ces derniers) jusqu’à la fin de la soirée. « Des Euros, des Dollars, même des CFA. Nous on prend tout! » chante Dj Licious.

Entre deux photos, Touki Montréal a voulu en savoir un peu plus sur la venue de Monsieur Oudy 1er à Montréal :

«C’est la première fois que je viens à Montréal. Par l’intermédiaire de Yann Nkanko [ndlr, promoteur], je suis venu faire de la promo pour la sortie de mon album Tchoumakaya […] Bientôt une collaboration avec une star d’ici, mais ça c’est un épisode à suivre…»

Quelques images et photos de la soirée :

no images were found

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.