Mama Africa est à l’honneur

Mama Africa et le Goût de l’Art, deux évènements organisés par et pour la diaspora africaine et autres africophiles ont fait vibrer les montréalais. Compte rendu d’un week-end où le retour aux sources s’imposait.

Vendredi 26 mars 2010. L’équipe de Yung Moh production et ses amis nous convient à aller faire un tour sur la Teranga.  Mama Africa est la célébration du continent. Toutes ses richesses musicales sont de véritables mines d‘or pour les Djs Mohtorious, Storm et Ron. Au cœur du Philipps Lounge, la fête bat son plein. Chacun est venu représenter son coin de pays par sa présence.

Les camerounais, les Maliens et autres nationalités africaines répondent tous à l’appel du Mc Hyde qui met l’ambiance au micro. Une soirée de feu dans un cadre festif où tout le monde trouve finalement sa place. Le lounge est assez rempli pour que cela reste agréable.

Surtout, pour pouvoir faire les derniers pas de danse en vogue, il en faut de l’espace ! Des souvenirs plein la tête en rentrant chez soi: les zouks endiablés, la dancehall entrainante et les clins d’oeil musicaux avec les hits à la Salif Keita ou encore un bon Kaysha on dit quoi ?

Notons que Dj Motorious a su tenir la foule en haleine avec ses mix Hip-hop/Coupé décalé à en couper le souffle (sans jeu de mots!).

*  *  * *

**

Le Goût de l’Art

Pour se remettre des émotions de la veille, nous voici samedi 27 mars au Resto lounge Le Bled. Nombreuses sont les personnes qui ont répondu à l’appel pour cette première édition du rassemblement Le Goût de l’Art. Organisé par Lecter Hannibal et ses collaborateurs, cet événement hebdomadaire a pour mission de mettre la lumière sur de nouveaux artistes venus de tous les horizons.

Visant ainsi à exposer leurs talents et à stimuler les échanges avec un public riche et varié en toute convivialité pour un bon moment de détente. Par leur diversité et leur personnalité chacun des conférenciers nous a présenté son œuvre et son univers : Un voyage au cœur de productions instructives qui ouvrent les yeux sur des sujets pertinents qui touchent le continent africain.

C’est aussi une rencontre entre les «diasporiens» (terme inventé par l’écrivain et slameur Dedy Bilamba), soucieux d’entretenir leurs racines respectives. Parmi les artistes présents il y avait Dibombari Mbock (Auteur), Ndack Kane (Auteure), Nia Ebreme (Auteure), Dedy Dilamba et Deetah « The Master Piece » (Slam). Le tout était accompagné d’un délicieux buffet garni de mets typiquement africains…

Quand l’art et la bouffe en font tout un plat, c’est ça que ça donne !

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE