Éthio-Jazz : Mulatu Steps Ahead

Le père de l’éthio jazz, Multatu Astatke sort un premier album solo depuis 20 ans. Multatu Steps Ahead navigue entre jazz cinématographique, ambiance latine et musique éthiopienne. Il signe l’évolution du musicien depuis les années 1970 qui ont vu l’émergence du genre.

Ramené sur le devant de la scène grâce à la bande sonore du film de Jim Jarmush, Broken Flowers qu’il signe en 2005, le jazzman éthiopien Mulatu Astatke revient avec un nouvel album studio. Il y explore plus profondément ce mélange fusionnel de jazz et de musique éthiopienne dont il est l’ambassadeur. Pour son retour, le percussionniste de formation s’est entouré  des membres du Eitheir/Orchestra à Boston, de musiciens traditionnels à Addis-Abeba en Éthiopie, et The Heliocentrics à Londres avec qui il avait collaboré pour la série Inspiration Information de l’Étiquette Strut.

L’album débute avec Radcliffe, une pièce délicieusement cinématographique menée par une flûte hypnotique. Le solo de trompette y domine alors que piano et vibraphone planent en arrière-plan sonore. Suit Green Africa qui, dès les premières notes de krar (instrument traditionnel éthiopien) marque la filiation de Mulatu Astatke avec la musique de son pays, avant de muer vers l’afro-beat. Le morceau est très évolutif et s’écoute comme on lit une histoire. The Way to Nice a été composée au cours de la tournée française du musicien et rappelle la trame sonore de vieux films de James Bond. Mulatu Astatke revisite aussi deux de ses classiques : Boogaloo et I Faram Gami I Faram, une pièce plus chaude, aux sonorités brésiliennes sur laquelle le chant traditionnel se pose merveilleusement bien.

À 67 ans, le musicien signe ici un album d’une étonnante modernité. Sous son aile, le jazz est dépoussiéré et séduira aussi bien les amateurs que les experts. Son audace se savoure notamment sur Mulatu’s Mood, un morceau cosmique flirtant avec le trip-hop qui pourrait très bien s’affilier au label Ninja Tune.

Mulatu Astatke se prête au jeu du Blind test du quotidien français Libération.



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.