La musique: grand vainqueur du Festival Panafrica

1

La remise des prix de la 26e édition du Festival des films Panafrica International s’est tenue le 24 avril à la cinémathèque de Montréal. Douze prix ont été remis. Un palmarès où la musique, nouvel opus de ce Festival, a su tirer son épingle du jeu. Voici le compte rendu de Touki Montréal.

Eyjafjallajokull restera sans aucun doute un des grands noms à retenir ! Retenant une dizaine d’invités en Europe et en Afrique, le volcan islandais a amputé le Festival et la cérémonie de clôture de nombreux lauréats. Une absence qui n’a pas empêché le jury de saluer comme il se doit le cinéma africain et tout particulièrement l’Afrique du Sud, invitée privilégiée de cette 26e édition.

C’est sans aucun doute la musique, le grand gagnant de cette année. La nouvelle catégorie MusicAfrica a su ainsi séduire de nombreux membres du jury. « Cette année on a souhaité mettre l’accent sur la musique, car il existe une programmation de qualité autour de ce thème. Il s’agissait aussi d’un choix éditorial, car cela permet d’attirer un nouveau public qui connaît davantage la musique que le cinéma africain. Ça conforte le message selon lequel les vues d’Afrique, ne sont pas que misère, l’Afrique c’est aussi de la culture, de la musique, du sport, des gens qui réussissent. On espère que cette catégorie sera pérenne », souligne Damien Chalaud, directeur de la programmation du festival

Dans la catégorie Regards d’ici, qui encourage de jeunes cinéastes, le prix offert par l’Office National du Film du Canada  a ainsi été remis à Rocksteady: the roots of Reggae de Stascha Bader, un film qui réunit les derniers chanteurs et musiciens de cette musique. La catégorie Musicafrica, a quant à elle salué Black Music: des chaînes de fer aux chaînes d’or de Marc-Aurèle Vecchione.

Dans la section Africa Numérique, qui consacre le nouveau cinéma, le Burkina Faso et le Malawi ont été tout particulièrement salués avec la remise du prix du meilleur long métrage à Une femme pas comme les autres de Abdoulaye Dao, traitant avec humour de la polygamie et récompensé ex-aequo avec Saisons d’une vie de Shemu Joyah, qui aborde lui, la question des abus sexuels et de la condition des femmes. Du côté des séries, c’est le feuilleton burkinabé, Le Testament d’Apolline Traoré qui a été primé.

La section internationale documentaire a consacré Comme un homme sur terre d’Andrea Degre, Dagmawi Yimer et de Ricardo Biadene. Un documentaire abordant les liens entre les politiques d’immigration italienne et lybienne et que les membres du jury ont salué pour son approche intimiste et humaine. Dans la catégorie Fiction, c’est l’Afrique du Sud qui a remporté la majorité des suffrages avec le film Shirley Adams du réalisateur Oliver Hermanus qui a reçu le prix de la communication interculturelle et dont l’actrice, Denise Newman, s’est vu remettre le prix Amina de la meilleure actrice. Quant au prix du meilleur acteur, il a été attribué à Aziz Saadallah pour son rôle de Aziz dans Number One de Zakia Tahiri.

Cette année l’accent était mis sur l’Afrique du Sud, premier pays africain à accueillir la coupe du monde de football et qui possède aussi une grande puissance de production cinématographique. Pour l’année prochaine, Damien Chalaud mise sur une programmation tournant autour des indépendances africaines qui fêtent cette année leur 50 ans. Une date anniversaire qui pourrait bien faire l’objet d’une thématique. « On aura aussi sans doute une ouverture plus grande vers d’autres pays comme le Kenya qui commence à sous-titrer ses films en français ou vers une jeune génération de cinéastes éthiopiens au féminin. Différentes thématiques sont en gestation, mais après l’Afrique du Sud, la locomotive reste encore à trouver », conclut Damien Chalaud. Verdict dans un an : du 8 au 17 avril pour le 27e festival PanAfrica International.

La liste des lauréats :

SELECTION INTERNATIONALE FICTION

Le Prix de la Communication Interculturelle, long métrage offert par Radio-Canada est remis au film Shirley Adams, du réalisateur Oliver Hermanus, Afrique du Sud, 2009.

Une mention spéciale est décernée au film Izulu Lami, de Madoda Ncayiyana, Afrique du Sud 2008.

Le Prix de la Communication Interculturelle, court métrage, offert par Radio-Canada, est remis à Ils se sont tus, de Khaled Benaissa, Algérie, 2009

Une mention spéciale est décernée au film Tant que tu respires, de Fara Sene, France, 2008

Le Prix Images de Femmes de la meilleure actrice d’Afrique sub-saharienne et des pays créoles, offert par la revue africaine Amina, est remis à Denise Newman, pour son rôle dans le film Shirley Adams, du réalisateur Oliver Hermanus, Afrique du Sud, 2009.

Le Prix du meilleur acteur, offert par la revue Fasozine, est remis à Aziz Saadallah pour son rôle de Aziz dans Number One, de la réalisatrice Zakia Tahiri, Maroc 2009.

SECTION INTERNATIONALE DOCUMENTAIRE

Le Prix de la communication interculturelle, offert par TV5 Québec-Canada pour un long métrage est remis à Comme un homme sur terre, des réalisateurs Andrea Degre, Dagmawi Yimer et Ricardo Biadene, Ethiopie : Italie, 2008.

Une mention spéciale est décernée au film Zetwal, de Gilles Elie-Dit-Cosaque, France, 2008

Le Prix du meilleur court métrage est remis ex-æquo aux films Au centre de la terre, des puits et des hommes, de la réalisatrice Ingrid Patetta, Niger, 2008,  et Sawa, Douala la belle, de Martin Nganguem Kamdem, Cameroun, 2009.

AFRICA NUMÉRIQUE

Le Prix du meilleur long est remis ex-æquo à Une femme pas comme les autres, de Abdoulaye Dao, Burkina Faso, 2008 et Saisons d’une vie, de Shemu Joyah, Malawi, 2008.

Le Prix du meilleur court métrage est remis à Lazhar de Bahri Ben Yahmed, Tunisie, 2008.

Deux mentions spéciales sont décernées aux films Bidenam, l’espoir d’un village de Gentille M. Assih, Togo, 2009 et Rouge bleu jaune vert de Wassim Sookia, Ile Maurice, 2008

Le Prix de la meilleure série et feuilleton télé est remis au film Le testament, d’Apolline Traoré, Burkina Faso, 2009.

Deux mentions spéciales sont décernées à Cour commune de Hervé Eric Lengani, Burkina Faso, 2008, et Zem, de Jean-Luc Rabatel et Angela Aquereburu, Togo, 2009

REGARDS D’ICI

Le Prix  ACIC / ONF, offert par l’Office National du Film du Canada (ONF) pour la meilleure production indépendante est remis àRocksteady : The Roots of Reggae de Stascha Bader, Canada/Suisse, 2009.

Le Prix de la Relève Via Le Monde pour un premier ou deuxième film sur l’Afrique ou les pays créole (et les communautés africaines et créoles au Canada) est remis ex-æquo à Nassara, de Joffrey Monnier, Canada / Belgique, 2009 et au film Demain peut-être de la réalisatrice Halima Elkhatabi, Canada, 2009.

MUSICAFRICA

Le Prix Espace Monde / Musicafrica offert par Radio-Canada est remis à Black Music : des chaînes de fer aux chaînes d’or, de Marc-Aurèle Vecchione, France, 2008.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.