Actualité de la semaine du 1er mai

Pour sa revue de l’actualité africaine, Touki Montréal vous propose cette semaine de vous arrêter au Nigéria pour la mort d’un chef d’État, de faire escale au Cameroun où un journaliste est décédé en prison dans des circonstances nébuleuses, de passer par le Maroc pour un dernier hommage au philosophe Mohamed Abed Al-Jabri et de lorgner vers la Tanzanie où les SMS permettent de lutter contre la malaria. Bon voyage !

Nigéria : Le Président Umaru Yar’Adua succombe à la maladie

Le treizième président du Nigéria, Umaru Yar’Adua est décédé le 5 mai dernier à sa résidence officielle d’Abuja à l’âge de 58 ans. Le chef d’État souffrait d’une maladie du coeur qui l’avait tenu éloigné de ses fonctions depuis cinq mois. Élu en 2007, Yar’Adua était officieusement remplacé par le vice-président Goodluck Jonathan depuis le mois de février. C’est lui-même qui, aujourd’hui est à la tête du pays le plus peuplé d’Afrique.

Umaru Yar’Adua avait été élu à la suite d’un scrutin très contesté sous la bannière du Parti démocratique du Peuple (PDP). Ses deux opposants avaient tenté sans succès une action en justice pour annuler les votes. Il était déjà souffrant à l’époque. Il avait même dû interrompre sa campagne pour se soigner et avait fait plusieurs séjours à l’hôpital lors de ses premières années de mandat. Sa mort survient alors que la situation au Nigéria est plutôt difficile : les violences entre des communautés chrétiennes et musulmanes ont fait des centaines de morts depuis le début de l’année.

Goodluck Jonathan, âgé de 52 ans est issu de la minorité chrétienne du pays. Il a été proclamé chef de l’État le 6 mai et mènera donc à terme le mandat du défunt président, soit jusqu’en avril 2011.

Sources : Radio-Canada; Agence France Presse, National Daily Newspaper (Nigéria)

Pour aller plus loin : une nécrologie de Umaru Yar’Adua sur le site du quotidien Le Monde.

******

Tanzanie : Combattre la malaria avec des SMS

Pour faire face à un dysfonctionnement d’approvisionnement des stocks de médicaments anti-paludiques, le gouvernement Tanzanien a mis en place avec la collaboration de Novartis, Vodafone et  IBM, un projet innovant utilisant la technologie SMS. Le 25 avril dernier, le société informatique IBM a rendu public les résultats encourageants de l’opération « SMS for Life » à l’occasion de la journée mondiale contre le paludisme.

Le mode de fonctionnement est le suivant : chaque semaine, un SMS est envoyé aux établissements de soins de santé afin qu’ils communiquent l’état de leur approvisionnement en médicaments anti-paludiques à un système central de données. En cas de rupture de stock, celui-ci leur achemine de nouveaux traitements.

Ce système peu coûteux a été testé dans trois districts l’an passé (soit 135 villages) au cours de l’année 2009. Le gouvernement tanzanien envisage de l’étendre à l’ensemble du pays au vue de sa réussite. En effet, « SMS for Life » aurait permis de diviser par 3 le risque de rupture de stock d’anti-paludiques.


Sources : lemonde.fr ; afrik.com ; The standard (Kenya)

Pour aller plus loin : le site de Rock back Malaria (partenariat mondial contre le paludisme).

******

Maroc : L’auteur de Critique de la raison arabe, s’éteint.

Le philosophe marocain Mohamed Abed Al-Jabri, est décédé le 3 mai dernier à l’âge de 75 ans. Spécialiste de la pensée arabo-musulmane, il avait aussi été l’un des dirigeants de l’Union socialiste des forces populaires (USFP, coalition gouvernementale).

D’abord instituteur, il avait ensuite poussé vers des études de philosophie, pour finalement enseigner cette discipline à l’Université de Rabat. Rapidement, son travail s’est orienté vers une pensée critique de la pensée arabe classique et moderne. C’est en 1984 qu’il publie son ouvrage le plus connu : Critique de la raison arabe, en quatre volumes. L’intellectuel croit également en l’action et s’engage dès les années 1980 en politique en créant le parti socialiste marocain.

La stigmatisation de l’islam suite aux attentats du 11 septembre 2001 le pousse à réaliser une explication du texte coranique qui est fort critiqué par les islamistes mais salué dans le reste du monde arabe. Le dernier livre de Mohamed Abed Al-Jabri, La compréhension du coran a été publié il y a deux ans.

Sources : RFI, emarrackech, Le Matin, Mediapart.fr

Pour aller plus loin : « Ceux qui font bouger l’Islam » sur le site de Jeune Afrique

******

Cameroun : la colère monte après le décès d’un journaliste

Manifestation des journalistes au Cameroun, Photo : edouardtamba

À l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse le 3 mai dernier, les journalistes camerounais sont descendus dans la rue pour demander que la lumière soit faite sur les circonstances de la mort de leur confrère Bibi Ngota.

Bibi Ngota, directeur de publication de l’hebdomadaire Cameroun Express est décédé à l’âge de 39 ans, le 22 avril à la prison de Yaoundé alors qu’il y était détenu depuis le 10 mars pour « Faux et usage de faux ». Les autorités l’accusaient, avec deux de ses collègues, d’avoir imité  « la signature du secrétaire général de la présidence de la République sur des documents dont ils se servaient pour (lui) faire du chantage ».

Le journaliste souffrait d’hypertension artérielle et d’une hernie. Privé de soins médicaux pendant deux semaines, il aurait succombé à sa condition, d’après son frère Bruno Ntede. D’après les autorités, ce serait une infection au VIH qui aurait tué Ngota. La famille du défunt, ainsi que l’ordre des médecins camerounais s’opposent à cette version des faits. Bibi Ngota avait toujours clamé son innocence.

Sources : Agence France Presse, Africa Times News, Le Messager

Pour aller plus loin : La section « Afrique » de Reporters sans frontières.


AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE