Youssou N’Dour, Dakar-Kingston : encore du chemin

1

Le chanteur Sénégalais Youssou N’Dour vient de signer un nouvel album, Dakar-Kingston. Ce 26e album du roi du mbalax est un opus reggae. Découvrez la critique de Touki Montréal.

Youssou N’ Dour maîtrise les sonorités sénégalaises. Il est même un maître en la matière, et sa réputation qui transcende les frontières, n’est plus à faire. En revanche, cet artiste aussi talentueux soit il a encore du chemin à parcourir avant d’acquérir la même aisance, dans la musique jamaïcaine : le reggae.

Pour sublimer ce manque d’expertise, l’homme s’est entouré d’un des plus grands guitaristes du reggae, Earl « Chinna » Smith, d’un immense saxophoniste Dean Fraser, et d’une légende du genre Tyrone Downie (ancien Wailers) qui assure pour Dakar-Kingston la production et les arrangements. Le tout est enregistré dans le studio Tuff Gong de Kingston créé par Bob Marley lui-même.

Avec autant d’atouts et de talents, il est légitime d’attendre un album magistral. Eh bien non ! Dakar-Kingston déçoit. Attention, la musique reste de qualité, mais le fruit est tombé loin de l’arbre. Autrement dit, le résultat ne révèle pas l’énorme potentiel de départ.

Bien sûr, certains titres sont des fruits bien mûrs à l’instar de Africa Dream Again, chanson poignante dotée d’une rythmique épurée dans laquelle les voix d’Ayo et de Youssou N’ Dour se complètent magnifiquement. Autre fruit bien sucré : Bololene. Une rythmique bien chaloupée, que le balafon vient gorger de soleil. Bamba avec ses riffs de cuivres à la Tiken Jah Fakoly illustre agréablement le mélange entre reggae d’Afrique de l’Ouest et jamaïcain. Malheureusement, les dix autres pistes n’ont pas fleurie comme les précitées et manquent de consistance.

En somme, Dakar-Kingston de Youssou N’ Dour, sans être pop ni commercial, est un disque de reggae agréable à écouter. Cependant, même si tous les ingrédients étaient réunis pour concocter un excellent cocktail, Dakar-Kingston ne s’inscrit pas dans la droite lignée de la tradition du reggae roots jamaïcain, auquel il cherche à rendre hommage.

1 COMMENTAIRE

  1. l’album est trop nul par rapport au reggae roots, ce monsieur ndour connais le mbalax , je pense qu’il cherche de l’argent d’autant plus que le reggae marche en ce moment.
    j’ai visité un site portail du sénégal qui s’appelle seneweb où il est aussi critiqué par les sénégalais même.

    sa voix n’est pas reggae, en plus il est impliquée sur la corruption au senegal.Son concert de bercy est une rencontre de sénégalais en général, danses obscènes, tenues indescentes même sur la scène, bref .Reggae est loin de tout ça…Bob Marley c’est éducation et correction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.