Les jeunes guinéens veulent se faire une place

Créée en 2003, l’association des jeunes Guinéens de Montréal (AJGM) s’est donnée comme mission de répondre au besoin d’intégration des étudiants guinéens par le biais d’activités aussi bien académiques, sportives que culturelles comme le concours Miss Guinée Canada du 24 juillet prochain au Palais des Congrès de Montréal. Touki Montréal vous propose une entrevue avec Fama Traoré, président de l’AJGM.

Pourquoi une association de jeunes guinéens au Canada?

L’idée était d’aider les nouveaux étudiants guinéens à s’intégrer facilement sur les différents campus universitaires, mais aussi au sein de la communauté guinéenne, et cette nécessité existe encore. Les rapports avec le grand bureau (l’association des Guinéens au Canada (AGC)) sont bons, et on travaille en étroite collaboration avec l’AGC tout comme avec les autres associations de Montréal, car l’un de nos objectifs, c’est d’unir les Guinéens en travaillant avec tout le monde.

Combien de Guinéens vivent à Montréal?

Il est difficile de donner le chiffre exact en 2010, mais en 2005 la communauté guinéenne de Montréal était estimée à 8000 Guinéens. Avec la forte migration qu’on connait depuis (certains venant d’autres provinces), je ne serai pas en mesure de dire le chiffre exact.

Par ailleurs, les Guinéens ont commencé à immigrer au canada dans les années 70, mais l’immigration massive à commencer dans les années 80.

Quels sont les problèmes auxquels font face les jeunes guinéens de Montréal?

Les problèmes auxquels sont confrontés les jeunes guinéens sont les suivants : le problème d’emploi lié au fait qu’en majorité on est unilingue. Il y a aussi la difficulté pour beaucoup de s’intégrer au niveau de la communauté tout simplement parce qu’ils ont été mal conseillés.

Il y a le problème académique lié à l’utilisation assez élevée de l’ordinateur comme outil nécessaire aux études, étant donné que l’accès à l’internet en Guinée reste un luxe. Ce problème ne facilite pas le suivi des cours (WebCT) ou l’inscription en ligne. Il faut donc assister certains étudiants. C’est pour ces raisons que nous existons comme association afin de faciliter ces choses-là.

Il y a aussi le programme d’année de transition (BAC 120) à l’UdeM qui retarde aussi certains étudiants guinéens pourtant bien formés dans leur choix de programme, dû au simple fait que le Ministère de l’Éducation de la Guinée ne fait aucun effort pour faire la part des choses et faire en sorte qu’on puisse faire du cas par cas.

Comment un Montréalais non guinéen peut découvrir la culture de la Guinée sans voyager?

Un montréalais non guinéen peut en savoir plus sur la Guinée par le canal de nos activités, de nos annonces sur les sites guinéens dont le plus connu est guineenews. Nous avons notre site de missguineecanada.com ainsi qu’ un groupe Facebook ouvert à tous. Nous avons une adresse courriel pour nous contacter en cas de besoin d’information. Nous comptons refonder aussi notre site internet après l’événement Miss Guinée Canada.

2 Commentaires

  1. je étudiant guinéen vivant à dakar ,je fais bac+3 en informatique et j’aimerai poursuivre mes études au canada.
    je veux avoir des aides ou bourses pour financer mes études au canada pour la session d’automne 2011 en bac+3 informatique de gestion.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.