ONB : Rendez-vous à Barbès !

Un an après leur succès au festival Nuits d’Afrique, l’Orchestre National de Barbès revient en force avec une toute nouvelle sortie, Rendez-vous Barbès. Un album énergique qui renoue avec les traditions originelles du groupe.

« Barbès, c’est un peu l’antichambre avant d’arriver en Occident. Un bout d’Afrique, » plaisante Luis Saldahna de l’Orchestre National de Barbès (ONB). Beaucoup d’immigrés africains se retrouvent en effet dans ce quartier populaire de Paris. Ils y dénichent produits locaux, musique de leur pays et surtout, ils ont l’occasion de se ressourcer.

Mais Barbès, c’est aussi le point de rencontre du très animé Orchestre National. Et bien qu’aucun d’entre eux n’habite maintenant dans le voisinage, ils lancent, avec Rendez-vous Barbès, une invitation à tous ceux désireux de découvrir le son du quartier.

Neuf ans d’attente avaient été nécessaire pour voir la sortie de leur troisième album, Alik. Beaucoup de fans avaient été surpris par l’orientation rock plus sombre du disque. Seulement deux plus tard et avec un tout nouvel opus, on peut maintenant vraiment dire que l’ONB est de retour !

Le groupe ne perd pas de temps sur ce rendez-vous. Sidi Yahia-Bnet Paris commence avec une imposante ligne de basse et une de ces mélodies au synthétiseur dont le groupe est passé maître. L’ONB explore différentes atmosphères, mélange plusieurs genres, du reggae de Chorfa au chaâbi maghrébin de Jarahtini-Marhba-Jibouhali, via l’ambiance gnawa de Laâfou et son jeu vibrant de gumbri, basse à cordes pincées dérivé du n’goni des griots.

Rien de l’héritage nord-africain n’a été oublié, comme le démontre la touche de flamenco arabo-andalou sur Denya. Si No No No rappelle les moments les plus doux d’Alik, le reste demeure dans la lignée de ce que le groupe avait montré dans les années 90. Mais l’ONB n’est jamais à court de surprises. Sur l’inattendue Chkoun ?, il expérimente avec des rythmes ska agrémentés de l’habituel chant en arabe sur lequel s’ajoute quelques traits d’une musette très française.

C’est un vrai parcours au cœur des rues de Barbès qui est présenté ici. L’ONB montre qu’il est aussi énergique et intense que jamais. A déguster avec un plat de tajine algérien suivi d’une tasse de thé à la menthe. Rendez-vous à Barbès !

Pour revoir l’entrevue de l’an dernier avec deux membres de l’ONB

Nicolas Roux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.