Soul boy : une journée magique dans un bidonville

Soul Boy est la première réalisation de la Ghanéenne-Kenyane, Hawa Essuman, mentorée par Tom Tykwer, le réalisateur allemand du célèbre film Run Lola, run. Présenté en première canadienne dans le cadre du FFM, dans la catégorie Regards sur les cinémas du monde, la merveilleuse histoire du jeune Abila dans le plus grand bidonville de Nairobi a déjà charmé un large public.

Le projet découle d’un atelier de formation en cinéma offert par Tom Tykwer et son association One Fine Day, fondée en 2008 avec son épouse Marie Steinmann. L’objectif de l’organisation est d’utiliser l’enseignement de l’art et des principes esthétiques afin de permettre aux enfants et jeunes adultes des régions défavorisées de réaliser ou de participer à des oeuvres collectives.

Tous les participants ont donc été recrutés et formés sur place. Il leur aura fallu à peine une semaine de pré-production et 13 jours de tournage à Kibera, pour réaliser Soul boy, un long-métrage touchant, rafraichissant et porteur d’espoir dans l’une des agglomérations les plus pauvres du Kenya.

Après avoir été présenté dans plusieurs festivals d’Europe, d’Afrique et d’Australie, Soul boy a remporté le prix du public au Festival International du Film de Rotterdam ainsi que le prix des étudiants 2010 du Afrika Filmfestival de Leuven, en Belgique.

Libérer l’âme volée par les forces du mal

Abila (le talentueux Samson Odhiambo) a 14 ans, son père tient une épicerie dans un taudis et sa mère est couturière. Un matin, Abila retrouve son père blotti dans un coin, il tremble, peine à parler et explique à son fils qu’une sorcière lui a volé son âme.

Bien qu’il ait du mal à croire à cette histoire, Abi s’aventure dans les recoins les plus sombres de Kibera.  Aidé par son amie Shiku (la ravissante Leila Dayan Opou), il retrouve et confronte la redoutée Nyawawa. Reconnaissante du courage et de la bravoure du jeune garçon, cette dernière lui donne sept tâches à accomplir en une journée, s’il désire que son père guérisse.

1- Se glisser dans la peau de quelqu’un d’autre sans craindre les regards du public./ 2- Payer la dette de quelqu’un sans ne rien voler à personne./ 3- Venir en aide à un pêcheur pourchassé./ 4- Explorer un nouveau monde./ 5- Utiliser ses connaissances pour sauver la vie de quelqu’un./ 6- Découvrir quelque chose qui ne peut être compris et comprendre./ 7- Affronter le serpent géant le plus terrifiant.

Chaque épreuve sera accompagnée d’un risque, mais suivie d’une récompense. Seul indice, être attentif aux signes du soleil.

Drôle et saisissant, le film Soul boy est une réalisation touchante aux allures fantastiques, amenée avec beaucoup de finesse et qui aborde judicieusement les réalités sociales de Kibéra (contrastes entre richesse et pauvreté, tradition et modernité).

Bande annonce

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.