Festival du Monde Arabe 2011

Après avoir fêté ses dix ans l’année dernière, le Festival du Monde Arabe continue sur sa lancée avec un programme toujours aussi varié. Touki Montréal vous invite à découvrir les artistes africains de cette édition 2011 qui aura lieu entre le 29 octobre et le 11 novembre sous le thème arabitude.

Djmawi Africa, Nour-Eddin Saoudi (Flamenco Dziri)

29 octobre, 20h, L’Astral

Le collectif alégrien ouvre le festival avec un mélange de musiques gnaouie, rock, chaâbi, reggae, celte et africaine. Une fusion naturelle de genres et d’influences qui fermente et reflète l’identité métissée du groupe, une musique purement maghrébine, voire africaine, mais résolument ouverte sur le monde. Djmawi Africa est né du du regroupement spontané de 9 artistes bercés par des styles musicaux différents allant de la musique classique au métal,

Françis Goya (Goya d’Arabie)

3  novembre, 20h, Cinquième salle

Belge d’origine, marocain de choix, Francis Goya prolonge les cordes de sa guitare pour les enraciner dans sa patrie adoptive: le Maroc. Tout comme son homologue dans la peinture, ce Fransisco Goya de la guitare a su être, tout au long de son parcours musical, classique et innovateur, traditionaliste et subversif.

Ehaab Abdou (I’m all that)

10 novembre, 20h, Studio Théâtre

Ce chanteur égyptien est aussi connu pour son rôle dans des organisations non gouvernementales et son implication dans la vie étudiante égyptienne. A travers sa musique, il fait passer un message de tolérance, de paix et d’unité nationale pour l’Egypte. Le tout alimenté de chants soufis. Lors de cette soirée, il sera accompagné du percussioniste Karim Nagi et d’artistes montréalais.

Je me souviens 2.0

13 novembre, 20h, Théâtre Maisonneuve

Pour la deuxième année consécutive, la soirée « Je me souviens » reprend cette création qui traverse cultures et époques. Nizar Tabcharani et Sean Dagher réussissent à faire vivre une musique millénaire transmise oralement de génération en génération. Les compositions vont du Mawal au chant traditionnel québécois, de la Dalouna aux envolées lyriques, de la Gigue à la Dabké moyen-orientale. Une nouvelle édition en mode 2.0…

Bambara Trans

2 novembre, 20h, Cinquième salle

De passage l’année dernière au Festival international de jazz de Montréal, Bambara Trans est un collectif de neuf musiciens aux horizons des plus variées. ( Nouvelle Ecosse , Maroc et Québec) . Habitués de la scène depuis le lancement de leur album Kalouna, leur musique électrique passe de la salsa à l’afrobeat en passant par le gnawa pour aller même jusqu’au reggae. La cinquième salle de la Place des Arts permettra au public de profiter de leur énergie.

Mehdi Nabti et Nass Lounassa (Tambours sans frontières)

Mehdi Nabti & Nass Lounassa proposent une musique montréalaise du 21e siècle profondément enracinée dans les traditions arabo-berbères et afrocubaines. Une performance conjuguant les transes rituelles des musiques du Maghreb et la richesse de l’improvisation jazz. Mehdi Nabti est un musicien,  compositeur, spécialiste des aspects artistiques et des rituels du soufisme maghrebin. Né de parents kabyles, il est aussi l’auteur d’écrits scientifiques sur la culture maghrébine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.