Tiken Jah Fakoly : African Revolution

2

Tiken Jah Fakoly revient cette année avec de nouvelles sonorités auxquelles il ne nous avait pas habitué. Avec African Revolution, l’ivoirien a voulu faire passer ses messages encore plus clairement.

Après trois d’absence, Tiken Jah Fakoly revient avec un nouvel album complètement différent des précédents. A commencer par la musique très différente du reggae qu’il nous offrait. Son son est épuré et ne comporte parfois qu’une guitare ou un balafon accompagné d’une kora. Un choix qui lui permet de faire passer encore plus simplement ses messages.

Political War est l’exemple parfait d’une contine révolutionnaire dont on se surprend à fredonner les paroles après plusieurs écoutes ( tout en découvrant avec plaisir la nigérianne Asa). Si les messages du chanteur ivoirien ont toujours été clairs, ils le sont encore plus dans African Revolution.

Pour Tiken Jah, l’Afrique doit se prendre en main. « Personne ne viendra sauver l’Afrique à notre place, il faut se lever pour changer tout ça. Pourquoi faut-il toujours qu’on parte, alors que l’eldorado est là. On veut voler de nos propres ailes, c’était le rêve de nos aïeux », dit-il dans la pièce Il faut se lever.

Bien sûr, le message de Tiken Jah Fakoly reste toujours le même avec Je dis non, Votez, Je ne veux pas ton pouvoir. L’image choisie pour l’album est aussi très significative. Il suffit de se rappeler de la photographie de Françafrique où le chanteur était assis sur une moto. Ici, c’est sur un cheval en marche, le poing levé. Quel meilleur symbole pour signifier une Afrique en marche.

Et pourtant, Tiken Jah Fakoly, s’il se bat pour un avenir meilleur semble toujours vouloir batir sur le passé. En témoigne son poignant hommage à Bob Marley avec Marley Foly.


2 Commentaires

  1. Marley est toujours d’actualité et contemporain , son message est toujours révolutionnaire , .Il faut connaitre d’ou l’on vient , connaitre ses racines pour vivre le présent et se projetter dans l’avenir , pourquoi s’en passer?

  2. Marley est toujours d’actualité c’est vrai mais cela grâce aux messages laissés, à ses enfants , sa famille et à ses chansons. En tant qu’individu, il n’est plus et cela c’est un fait. Il me semble de ce que je comprends de ce texte que le message venant de la dernière phrase est un fait une réalité; ce dont témoigne la vie c’est qu’on ne peut bâtir l’avenir qu’en se basant sur le passé. En gros Ndiaye, vous dites la même chose que l’auteur de ce texte.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.