Boucar Diouf lance le DVD de D’Hiver Cité

«Comme le disait mon grand-père », phrase célèbre qui rappelle le sénégalais devenu star planétaire après l’épisode de la palourde royale, Boucar Diouf n’est pas seulement un animateur. Il est aussi océanographe, mais surtout humoriste. Peu avant les fêtes, il a sorti un DVD de son dernier spectacle «D’Hiver Cité».

Ne vous en faites pas, vous aurez droit à des proverbes africains du grand-père de Boucar Diouf. Mais aussi à ceux de sa grand-mère qui n’était pas en reste dans cet exercice. Dans la famille Diouf, on ne parlait peut-être pas beaucoup, mais grâce à des expressions, tout était clair.

Comme dans son précédent ouvrage, La commission Boucar pour un raccommodement raisonnable, Diouf profite de sa vitrine pour distiller quelques conseils, autant à ceux qui reçoivent, qu’à ceux qui s’installent.

Chantre d’une intégration réussi, le spectacle du sérère est le reflet d’une enfant d’Afrique qui aura réussi le plus difficile. Quitter le Sénégal par +25, arriver à Rimouski par -25 et faire des études en océanographie.

Les sketchs sont pour la plupart drôles. D’autres sont avant tout éducatifs et posent des questions actuelles. Pourquoi tout ce qui est noir est forcement négatif s’interroge-t-il ? Pour illustrer son propos, Boucar Diouf se lâche:

«Le travail au noir, le marché noir, les idées noires, le mouton noir, le chat noir, les mouches noires, la bête noire, la glace noire, la misère noire, la période noire, un œil au beurre noir, la boite noire, la caisse noire, le trou noir, la magie noire, noir comme le diable, noir comme le poil, je broie du noir… »

S’appuyant souvent sur son vécu, celui qui a représenté la Côte-Nord dans un concours Juste pour rire propose aussi, dans un bonus du DVD, une série de questions/réponses avec le public lors d’un de ses spectacles au Gesu. Une occasion de savoir si l’humoriste a déjà été victime de racisme depuis qu’il est au Québec.

Extrait d’un spot publicitaire de Boucar Diouf

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE