Francafrique : le film coup-de-poing

Dans le cadre du 20e mois de l’Histoire des Noirs, Durala en collaboration de la Maison de l’Afrique présentera le documentaire de Patrick Benquet, Françafrique: 50 années sous le sceau du secret, sorti en décembre 2010. Le film sera projeté le 17 février dès 17h à la Maison de l’Afrique.

Quelques jours avant la fin des célébrations du cinquantenaire des indépendances de plusieurs pays africains, la compagnie Phares et Balises sortait la dernière réalisation de Patrick Benquet (Libération je t’aime moi non plus, L’aventure MSF). Pour ce dernier, l’objectif était de retracer les 50 années des indépendances des colonies françaises d’Afrique.

Tout au long des deux parties du film, le cinéaste tentera de démontrer que l’objectif du général de Gaulle est d’établir un système qui permettra d’assurer à la France, une main mise sur l’énergie africaine. En particulier, après la perte par la France de l’Algérie et notamment de son pétrole.

Grâce à un conseiller, Jacques Foccart en l’occurrence, l’Élysée va organiser un système qui, à la veille des indépendances,  s’attèlera à choisir comme dirigeants des futurs pays africains, des hommes à la botte de l’ancien colonisateur. La Francafrique* est née.

Omar Bongo, le président du Gabon, Léopold Sedar Senghor du Sénégal, le Camerounais Amadou Ahidjo ou Félix Houphouet Boigny de la Côte d’Ivoire, «paradis africain de la France», sont quelques un de ces chefs d’états africains, piliers de ce système.

La force de cette enquête-autopsie, diffusée sur le service de télévision publique français, réside dans les différents témoignages livrés dans les deux parties de 80 minutes. Ancien ambassadeur, hommes de main, ancien chef des services secrets, ministres de la Coopération donnent une crédibilité sans faille au documentaire.

Patrick Benquet va particulièrement insister sur le cas du Gabon. Il démontrera la place centrale qu’occupera Omar Bongo dans ce système, notamment dans l’affaire Elf qui a secoué pendant plusieurs années l’ensemble du système français, aussi bien à gauche qu’à droite.

Le spectateur constatera aussi que la Francafrique a évolué avec le temps. Si la cellule présidentielle de l’Élysée a longtemps imposé leurs desiderata aux pays africains, les années 90 ont inversé les rapports entre les anciennes colonies et l’ancien colonisateur.

Les présidents africains, qui se verront pendant longtemps imposer leurs décisions par Paris, prendront leur «indépendance» et deviendront les décideurs du système.

Si vous avez aimé, lire :

Kamerun : une guerre cachée aux origines de la francafrique 1948-1971, Thomas Deltombe, Manuel Domergue, Jacob Tatsitsa, Ed La découverte, 2011, 700 pages.

Carnages, les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique, Pierre Péan, Ed Fayard, 570 pages.

* Françafrique : système mis en place par le général de Gaulle, confié à Jacques Foccart et qui vise à garder, par tous les moyens légaux et illégaux, le contrôle des anciennes colonies.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.