Agadez: musique et rébellion

Dans le film Agadez: The Music and the Rebellion, le réalisateur américain Ron Wyman raconte l’histoire des Touaregs de la région d’Agadez, au nord Niger. Il met en lumière le jeune guitariste, et nouvelle star montante, Omar Moctar « Bombino ».

Les documentaires sur les Touaregs sont devenus un effet de mode ces dernières années. Après plusieurs œuvres sur d’autres groupes musicaux, tels Tinariwen ou Toumast, c’est au tour de Bombino et de sa ville d’Agadez de passer sur le devant de la scène. Dans cette nouvelle production, Rob Wyman fait un parallèle l’évolution de la situation politique dans la région et la vie du musicien Nigérien.

La notion de rébellion fait partie de la conscience collective touarègue depuis des siècles. A travers l’histoire, ils ont en effet résisté les invasions arabes, les colonisateurs français et plus récemment l’oppression de leur gouvernement ; ce qui explique pourquoi on les appelle aussi « Imazaghen », les hommes libres. La musique est devenu un art de résistance chez eux. Ils l’ont d’ailleurs utilisée pour sensibiliser leur communauté ainsi que le monde extérieur. Le documentaire expose ainsi ces deux aspects de la culture touarègue, avec en toile de fond le talent formidable de Bombino.

Le parcours de l’artiste reflète en quelque sorte la dynamique des événements politiques. Enfant, il a dû quitter son pays pour survivre mais il a depuis retrouvé sa ville natale, comme l’illustre un concert d’une fulgurante intensité, au sein d’une population d’Agadez en délire. Cela est en fin de compte assez symbolique du récent changement de circonstances. Les musiciens étaient à une époque véhicules de la violence mais deviennent de plus en plus des messagers de paix, ayant pris conscience de l’importance des processus démocratiques.

Si le documentaire permet de prendre connaissance du malaise social qui règne dans la région, il ne tombe parfois pas loin du stéréotype dans son portrait des Touaregs, affichant une certaine tendance au romantisme. Il n’expose en outre que succinctement la complexité des enjeux de cette partie du Niger. Une approche plus personnelle sur le personnage principal aurait été intéressante. Ceux qui suivent la scène touarègue de manière régulière trouveront certains passages leur rappelant des histoires déjà entendues par le passé.

Agadez: The Music and the Rebellion reste néanmoins un excellent film, brillamment orchestré par Rob Wyman. Il fera plaisir non seulement aux amoureux de musique mais à tous ceux ayant un intérêt pour les paradoxes de notre monde moderne.

Nicolas Roux

La bande annonce:

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE