Jazz 2011 : Le voyage de Sahar d’Anouar Brahem

À l’occasion de son deuxième spectacle à Montréal, dans le Festival de jazz 2011, Anouar Brahem, accompagné de François Couturier et Jean-Louis Matinier ont élevé d’un cran, comme très peu savent le faire, la musique universelle, celle qui n’a plus de noms.

En réalité, tout au long du spectacle, les chanceux qui assistaient au concert dans le théâtre Duccepe de la Place des Arts ont eu droit à un voyage à travers la méditerranée. Ils étaient trois dans la voiture et chacun avait les deux mains dans ce qui lui servait de volant : Jean-Louis Matinier à l’accordéon, François Couturier au piano et enfin Anouar Brahem avec son Oud, magnifique instrument.

Pendant plus d’une heure et demie, les trois virtuoses ont promené les admirateurs dans chacun de leur paradis. Dès la première pièce, le dénouement était certain. Une chaleureuse salve d’applaudissements s’en est suivi, et ce, entre chaque morceau.

Le public montréalais reconnu pour sa générosité s’est encore fait une réputation, cette fois auprès des trois mélomanes. Deux fois, ils ont dû revenir de leur loge, rappelé par les applaudissements.

Anouar Brahem et ses acolytes ont joué une dizaine de chansons dans un décor plutôt minimaliste, sous une lumière tantôt bleu, comme la mer et le ciel méditerranéen, parfois orange comme la couleur de cette Andalousie, signe d’un mariage entre l’orient et l’Europe.

L’association Brahem/Couturier/Matinier a déjà été décrite comme « le trio le plus atypique à avoir jamais interprété de la musique arabe contemporaine » par le magazine Acoustic Guitar.

S’il est vrai qu’il y a des musiques qui ne peuvent résonner dans les oreilles de profanes, il y a aussi une musique, qui arrive à toucher tous les êtres, même les plus récalcitrants. Celle à laquelle les Montréalais ont assisté pendant le spectacle d’Anouar Brahem, François Couturier et Jean-Louis Matinier en était définitivement.

Né à Halfaouine en 1957, Anouar Brahem est considéré comme le joueur d’oud le plus talentueux et innovant de la Tunisie. Jadis, élève du grand maître Ali Sriti, il a étudié les subtilités de la musique arabe traditionnelle et ensuite, il s’est aussi intéressé à d’autres styles, notamment le jazz, mais aussi le flamenco.

Quelques photos de  la soirée :

no images were found

.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.