La vie éternelle de Ramsès II de Robert Solé

Après Une soirée au Caire, Robert Solé s’est aventuré sur un tout autre chemin avec son dernier roman, La vie éternelle de Ramsès II, paru également aux éditions Seuil en juin 2011.

S’il n’avait abordé que subtilement le peu de fascination des Égyptiens pour l’industrie et surtout l’histoire des pharaons, dans son dernier ouvrage, Robert Solé promène le lecteur et le convie à découvrir avec lui l’ampleur d’une vie pharaonique.

Précisément, l’auteur aborde le mystère de la vie posthume de Ramsès II, considéré comme l’un des plus grands pharaons de l’histoire. Et pour cause, « son nom vient tout de suite à l’esprit quand on parle de l’Égypte ancienne ».

Débarqué en France en 1964, à l’âge de 18 ans en provenance de son Égypte natale, l’ancien journaliste du quotidien Le Monde et ensuite directeur du supplément littéraire du journal, Monde des livres, n’a jamais oublié d’où il vient.

« La tombe de Ramsès II avait été pillée dans l’Antiquité. C’est seulement en 1881 que le corps embaumé du souverain a été retrouvé dans une cachette de la montagne thébaine. »

Dans La vie éternelle de Ramsès II, l’auteur prend le risque de raconter la vie qu’auraient vécu le corps, l’âme du Pharaon d’Égypte et la momie, exposée maintenant au Musée du Caire et qui est restée quasiment intacte depuis trente-deux siècles.

En attendant son tour au tribunal divin, Robert Solé, en romancier, s’est amusé à faire parler régulièrement le roi éternel, le « pharaon par excellence ».

Robert Solé, l’historien, s’est vraisemblablement fait plaisir, en revenant sur les différents rebondissements et le trajet de la momie. L’auteur du Dictionnaire amoureux de l’Égypte (Plon, 2001) le fait avec une extrême fidélité. En tout cas, la documentation qui accompagne laisse penser que c’est le cas.

Les histoires et anecdotes sont parfois croustillantes et captivantes. Le voyage de Ramsès II en Hexagone, alors qu’il est victime d’un mal mystérieux, dans les années 70 est un des épisodes que le lecteur appréciera.

« Ramsès a été “soigné” en France pendant sept mois, dans les années 1970, par plusieurs dizaines d’équipes scientifiques, avant de regagner la vallée du Nil. C’était la première fois qu’un pharaon, accueilli en chef d’État à Paris, prenait l’avion !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.