Aya de Yopougon 6, fin de série

Dans le dernier épisode de la série Aya Yopougon, Moussa l’américain se retrouve en prison tout comme Grégoire, le vrai parisien devenu faux pasteur. Aya « se fait traiter comme du poisson pourri » par la famille de son beau magistrat et Albert n’arrive pas à choisir entre sa « go » Isidorine et Innocent.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie complètent en beauté l’une des BD sur l’Afrique les plus appréciées en occident, Aya de Yopougon. La recette de cette série, utilisée dans l’épisode 6, comme dans tous les précédents réside dans la justesse des propos.

En lisant les péripéties de cette jeune universitaire d’Abidjan, qui vit dans le quartier le plus populaire de Côte d’Ivoire, Yopougon, les lecteurs se rappelleront, sinon découvriront, un univers fascinant et sans pudeur.

L’auteure traite comme à son habitude des tabous de la société : l’homosexualité, la violence physique et sexuelle des pervers professeurs d’université  sur les jeunes étudiantes en quête d’un diplôme, les tribulations d’un jeune africain face au système procédural français. Marguerite Abouet ne néglige aucun détail pour faire partager aux lecteurs les histoires, toutes les plus rocambolesques, mais authentiques de son quartier natal.

Le dessinateur Clément Oubrérie, égal à lui-même, responsable à 50 % du succès de cette BD publiée dans la collection Bayou de Gallimard, illustre chaque scène comme s’il y était. Au début comme à la fin, selon que la foule poursuit le faux pasteur ou que le président et père fondateur, Houphouet Boiagny, remet une médaille, l’impression du réel surprend.

Mais ce qui rend définitivement captivant cet épisode de même que la série, c’est l’authenticité. Un Mamadou toujours serré (fauché) qui ne sait choisir entre la Gnanhi (femme d’âge mur qui sort avec des hommes jeunes), qui va le soutra (l’aider financièrement), et sa «freshnie» Adjoua, mère de son fils : voilà une histoire qu’on pourrait lire dans Calamité Matin (et non Fraternité Matin) ou entendre à la RTI (Radio télévision ivoirienne).

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE