African Beat, 1er album de la nouvelle collection de Putumayo

Après plus de 200 parutions et oeuvrant toujours de manière caritative en répartissant une partie de leurs profits, le label Putumayo (du nom d’une rivière sud-américaine passant par la Colombie, l’Équateur et le Brésil) a lancé dernièrement la collection “World beat” et African Beat, un premier album.

African Beat c’est la rencontre entre des DJ occidentaux et des musiciens africains. D’emblée on aurait aimé un plus grand bassin de musiciens représentés, le disque se concentrant sur l’Afrique de l’Ouest, mise à part une pièce congolaise (« Zonza » de Fredy Massamba), une sud-africaine (« Baweli » d’Afro-Fiesta) et un groupe français !

“La mission de la série World Beat sera d’explorer les croisements entre les musiques du monde et des genres plus contemporains comme le hip-hop, le soul, le R&B ou l’électro”, indique le label.

Ainsi, malgré la représentation biaisée du continent, il y a quelques réussites dans ces remix. La pièce « Mogoya » du groupe Donso, lui-même issu de la rencontre entre un chanteur malien et un DJ de Headbanger, fait dodeliner de la tête, au son de la voix feutrée du chanteur Gédéon Diarra.

Les délires synthétiques sur le titre « Wosoubour », pièce de la nouvelle vedette world et fils de l’autre, Vieux Farka Touré, constituent un mariage réussi entre le DJ Chris Annibell et le Malien.  Dans le registre afro-beat, la pièce « Lagos Sound System » du mystérieux groupe français Les Barons permettra de décomplexer le bassin du lecteur averti.

Et finalement, chapeau bas pour la présence du duo Yodé & Siro avec la pièce « Quel est mon pays? », qui rappelle les tensions nationalistes et raciales en Côte d’Ivoire.

“On trouvera sur African Beat des morceaux d’artistes très attachés à leurs racines, notamment Vieux Farka Touré et Les Barons, revus et remixés par des DJ occidentaux. (…) La musique africaine a absorbé le hip-hop, l’électronique et d’autres genres, se laissant entraîner dans de nouvelles directions inattendues”, souligne l’étiquette.

Le disque African Beat de Putumayo est plutôt un complément à une collection de disques africains déjà bien fournie qu’un disque essentiel, qui se suffit à lui-même.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.