«On s’enjaille!» avec La Fouine

Le retour du rappeur français La Fouine a eu l’effet d’une bombe. Le public a été servi à tous les niveaux, pour son nouveau spectacle. Balayant les titres de son dernier album « Fouiny vs Laouni », la coqueluche du rap français a « enjaillé » la foule du Club Soda, le 6 octobre.

Devenus presque un rituel, les concerts de La Fouine à Montréal se jouent toujours à guichets fermés puisque ses admirateurs répondent toujours présents aux rendez-vous. La première date de sa deuxième tournée québécoise se faisant naturellement à Montréal. Sa tournée canadienne l’a ensuite fait passer par Gatineau, Chicoutimi, Québec et Trois-Rivières.

L’entrée du DJ officiel de Fouiny Baby, DJ Battle, a précédé l’arrivée du rappeur. Alors que les admirateurs devenaient fous d’impatience, une vidéo démarrait sur le grand écran avec des photos du rappeur. Laouni, très à l’aise sur scène, a communiqué sa bonne humeur.

La Fouine au Club Soda - 6 octobre 2011 - Courtoisie : Groupe Style Communications

La Fouine a ensuite chanté fort dans son micro « On s’enjaille! », expression du jargon ivoirien qui signifie on s’amuse, on se fait plaisir. L’expression sera le mot d’ordre de toute la soirée. Comparable à un véritable « one man show », La Fouine a rappé live, chanté, joué de la guitare et s’est lancé dans quelques touches d’humour.

Les moments forts du concert sont nombreux. Citons les titres comme « Laisse les parler », « Passe leur le salam », et « Papa ». Le rappeur a également réussi avec brio un medley de tubes des grands classiques du Hip Hop français, reprenant I Am, Soprano et bien d’autres. Il s’est moqué des femmes d’aujourd’hui dans « Bord relancé », sa version revisitée de la chanson « Femme libérée » de Cookie Dingler, un groupe de variété française des années 1980.

La Fouine et GSP; Courtoisie : Groupe Style Communications

Des personnalités surprises sont venues saluer le rappeur sur scène à la grande surprise générale. Le Roi Heenoc (très spécial) s’est ainsi lancé dans un freestyle incompréhensible.

Également, à la suite d’une bagarre dans la fausse, La Fouine a appelé à la rescousse, le sportif de combat québécois, Georges Saint-Pierre, qui a insisté au micro pour calmer les ardeurs de violences de certains individus dans la salle.

Le public a même droit à une démonstration de lutte dont le rappeur sera la victime de la prise de GSP, de son vrai nom Georges Saint-Pierre.

Le public a également eu droit à des moments d’émotion, notamment lors de la rencontre entre Laouni et la chanteuse montréalaise Leïla, ou encore lors de l’hommage au défunt artiste Bad News Brown sur un « No woman no Cry » acoustique.

Comme à l’habitude, les drapeaux marocains ont orné les tribunes du Club soda. Les jeunes n’ont pas eu froid aux yeux et se sont déplacés en masse. Plusieurs d’entre eux arboraient les T-shirts Capitale du Crime, le nom de la mixtape qui s’est hissé au top 3 des ventes d’albums lors de sa sortie en 2010 (toutes catégories confondues).

Dans la première partie, seul le rappeur Bassim (originaire de Montréal) a su baisser la tension de l’attente avec un style de rap de qualité. Puis, jusqu’aux alentours de 22 h 30, DJ Arabika a tenté, tant bien que mal, de garder le public, avant l’arrivée de l’artiste principal.

Au final, ce concert a été un bel exercice de divertissement « à l’américaine ». Ce qui vaut d’ailleurs à l’artiste français sa réputation de bête de scène à chacun de ses passages dans la belle province.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.