Mention spéciale pour Blue Bird au FNC

Le film Blue Bird de Gust Van Den Berghe, sur la vie de deux enfants africains, a reçu samedi la mention spéciale du jury dans la catégorie longs métrages du 40e Festival du Nouveau cinéma de Montréal.

Présenté deux fois à Montréal, Blue Bird s’inspire du conte de l’écrivain belge et raconte l’histoire de deux enfants défavorisés, Bafiokadié et sa soeur Téné, qui quittent leur village avec une idée en tête : retrouver avant la fin de la journée leur oiseau bleu disparu.

Le film, présenté en mai dernier à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes, a été tourné au Togo.

« C’est la spiritualité des hommes là-bas, et leurs liens avec la nature qui m’ont attirés. Ils croient que chaque chose a une âme, que chaque arbre ou chaque pierre a sa place dans l’espace et le temps », explique le cinéaste.

« Avec BLUE BIRD, j’ai voulu m’éloigner du stéréotype d’une Afrique en proie à la souffrance, sans pour autant tomber dans le piège de “l’exotisation”. J’ai recherché l’authenticité des croyances et traditions des Tamberna qui furent des sources d’inspiration pour BLUE BIRD », ajoute-t-il.

Le Canadien Karim Haroun a également obtenu une mention spéciale du jury pour son court métrage June sur les difficultés que vivent les proches de malades de longue date.

Outre Blue Bird, le FNC présentait Abderrahmane Sissako (une fenêtre sur le monde), un documentaire sur le cinéaste mauritanien réalisé par le français Charles Castella ou encore Rasta a soul’s journey de Stuart Samuels, un voyage aux sources du rastafarisme, une culture que comme une religion.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.