Sirocco d’érable, le petit dernier de Syncop

Sirocco d’érable, le deuxième album de Syncop est enfin en vente chez tous les bons disquaires. Après Les gens du Voyages sorti en 2003, ce nouvel opus composé de 13 titres est prometteur. Le groupe en a donné un aperçu plus que convaincant, le lundi 24 octobre, au Club Balattou.

Le groupe Syncop n’est plus à présenté. Fort de 10 ans de carrière, Syncop a construit un album teinté de multiples collaborations et de différents styles musicaux qui passe aussi bien du reggae au slam.

À la fois ancrés dans la réalité québécoise et les racines de la musique orientale, les quelques morceaux interprétés lors de la soirée de lancement ont été très bien accueillis par le public qui s’est plusieurs fois levé pour danser.

 » Après plus de 800 spectacles et un nomadisme musical qui a inspiré de très belles réalisations tant individuelles que collectives,  l’album « Sirocco d’érable » émerge, tel un récit de voyages ponctué de grandes rencontres musicales. Ce dernier opus est une invitation à pénétrer  dans un univers ouvert sur le monde et bien ancré dans la réalité québécoise « , explique-t-on dans un communiqué de presse.

[audio:http://toukimontreal.com/actualites/wp-content/uploads/2011/10/Syncop_A-contre-courant.mp3|titles=Syncop_A contre courant]

Touki Montréal a recueilli quelques mots de Karim Benzaïd, le chanteur du groupe, quelques minutes avant la prestation.

POURQUOI SIROCCO D’ÉRABLE?

Cet album, c’est l’histoire de notre parcours de ces dix dernières années. On a choisi de l’intituler Sirocco d’érable parce que ça reflète un peu ce qu’on est devenu aujourd’hui : ce vent du sud du Sahara qui est venu se métisser à l’érable, ici, à Québec.

PENSEZ-VOUS QUE CET OPUS AURA AUTANT DE SUCCÈS QUE LE PREMIER?

Quand on fait de la musique, on essaie de bien faire les choses, mais à partir du lancement, ça ne nous appartient plus. Maintenant, c’est au public de décider. Mais, on est quand même fiers de ce qu’on a fait parce qu’on y a mis tout notre cœur et pas mal de temps. J’espère qu’il sera bien accueilli.

AVEZ-VOUS DÉJÀ DES IDÉES POUR LE PROCHAIN ?

(Rires) Une femme quand elle accouche d’un bébé, elle ne veut pas tout de suite un autre enfant! Il faut d’abord l’élever cet enfant, lui donner de l’amour. Il faut l’entendre commencer à parler avant de penser à en faire un autre.

Ce n’est pas comme un couscous qu’on fait, qu’on mange et puis c’est fini! Un album, c’est une façon de marquer l’histoire aussi. C’est très important de prendre le temps, de bien apprécier et de voir un peu la réaction des gens.

Le 26 novembre, Syncop fera la première partie du bluesman Nigérien Bambino au Cabaret du Mile-End.

Quelques photos de la soirée de lancement

no images were found

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.