Les Congolais manifestent à Montréal

Plusieurs Montréalais d’origine congolaise ont été à l’origine d’importantes perturbations de la circulation vendredi à Montréal.

Dénonçant, entres autres, les résultats de l’élection présidentielle en République démocratique du Congo (RDC), ils ont notamment bloqué pendant près de 45 minutes le pont Jacques Cartier de Montréal.

Plus tôt vendredi, la Commission électorale nationale indépendante (CÉNI) a annoncé la victoire du président sortant Joseph Kabila.

À Montréal, certains manifestants, partisans du principal adversaire, Étienne Tshisekedi, venu deux fois pendant la campagne, ont dénoncé un résultat qu’ils imputent à la main mise occidentale.

Après avoir perturbé la circulation sur l’un des ponts les plus achalandés de la province, les manifestants se sont ensuite déplacés vers le centre-ville, sous escorte policière.

« Deux arrestations pour refus d’obtempérer à un ordre d’un agent de la paix » ont été effectuées au cours des affrontements entre policiers et manifestants, a expliqué l’agent Yannick Ouimet, porte-parole du service de police de Montréal.

À 18 h 50, la manifestation congolaise était terminée et tout semblait être revenu à l’ordre, a-t-il précisé.

Le gouvernement du Canada a réagi vendredi en soirée, se disant préoccupé par le processus électoral en République démocratique du Congo

« Le gouvernement du Canada continue à suivre de près le déroulement du processus électoral en République démocratique du Congo. Le Canada est extrêmement préoccupé par les irrégularités signalées dans le processus électoral », peut-on lire a déclaration du ministre des Affaires étrangères John Baird.

« Nous exhortons le gouvernement et les responsables des élections à démontrer plus de transparence dans le processus électoral et le dépouillement du scrutin, a souligné le ministre. Nous soutenons les observateurs internationaux qui demandent que la commission électorale affiche les résultats finaux dans chaque bureau de vote. »

« Des élections libres, honnêtes et transparentes sont essentielles à la paix et à la stabilité en République démocratique du Congo et dans la région », a ajouté M. Baird.

Sur les réseaux sociaux, la grogne ne s’estompait guère. « Ils ont volé nos élections et non notre détermination, ils ont causé des commotions sans arrêter nos actions, ils vont encore tuer notre population, mais ne compterons plus jamais sur notre division », lit-on sur le mur.

« Ingetaaaaaaaaaa. MTL en force », lance un autre, en parlant du cri adopté pour la cause.

« Nous sommes des combattants, nous sommes la génération INGETTA et partout dans le monde, c ‘est la cloche de la révolution “Ingetta” », ajoute une autre.

Courtoisie : CENI

Dans la semaine, en marge également des résultats de cette élection, des ressortissants congolais avaient également manifesté dans les villes de Toronto et d’Ottawa.

Joseph Kabila, élu en 2006, a obtenu près de 49 % des voix lors de la présidentielle à un tour du 28 novembre, face à son principal candidat (32 %), Étienne Tshisekedi, selon les résultats provisoires de la CÉNI.

Vital Kamerhe, l’ancien président de l’Assemblée nationale, s’est hissé à la 3e place avec 7,74 % des suffrages, devant Léon Kengo, le président du Sénat (4,45 %).

Tout comme M. Tshisekedi,  Vital Kamerhe était passé par Montréal lors de la campagne électorale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.