Boarding Gate d’Ines Tabli : À ne pas rater

Après plusieurs collaborations et une victoire aux Francouvertes 2007 (avec le groupe Mimosa), Ines Talbi s’est enfin lancé dans le bain avec ce premier album Boarding Gate, définitivement appelé à jouer les troubles fêtes dans les sommets des palmarès.

Dès les premières notes de la pièce titre de l’album, Ines Talbi invite judicieusement les auditeurs à faire avec elle le trajet dans son univers multidimensionnel.

Si le décollage s’amorce tout en douceur, l’essentiel du trajet, dans la langue de Shakespeare, n’est pas de tout repos. Les titres sont énergiques et donnent la bougeotte. Et lorsqu’on croit traverser une zone de turbulence, la chanteuse n’hésite pas à retrousser les manches et à mettre les bouchées doubles.

La pièce « I know you know », qu’elle a écrite et qu’elle joue magnifiquement avec le coréalisateur de son album, Pierre-Phillippe « Pilou » Côté, en est la preuve vivante. Le duo qu’elle fait avec celui qu’on avait déjà entendu avec DJ Champion, Jorane, Electrik Bones reflète la puissance et la force de cet opus de 12 titres.

Le clip vidéo qui en a résulté est tout aussi enivrant et parions que cette chanson se retrouvera à coup sûr dans les lecteurs de musique tout au long de l’été.

Il y a également dans ce disque des escales musicales qui ne déçoivent pas. Quand Ines se laisse aller dans la langue de Molière, tel est un Daniel Belanger qui sèche des pleurs, elle assure « derrière la pluie », pour une dernière fois…

Tant qu’à être en Hexagone, celle qui assume et revendique son appartenance au peuple berbère en profite pour une petite balade à « Helsinki », avec les bruits féériques de ses stations de train.

Boardind Gate est le résultat de l’insolence d’un talent qui ne demande qu’à éclore. Et pourtant, il ne s’agit pas d’un premier voyage artistique pour cette auteure-compositrice-interprète. En 2007, elle remporte les Francouvertes avec la formation Mimosa. On la retrouve également plus tard sur un album hommage à Nino Ferrer et sur tant d’autres projets.

Dans son cas, la maxime « Tout vient à point à qui sait attendre » s’applique peut-être. Le plus difficile, assure justement la concerné, c’est « l’attente que cet album-là sorte ».

Lors de son lancement, mis en scène par son ami Yann Perreau, « qu’elle admire profondément », elle n’avait pas vu venir les quelque 300 personnes qui se sont ruées au National pour l’entendre. « Je vais le faire avec le plus d’amour possible », a-t-elle indiqué peu avant.

« Cet album là il parle de qui je suis dans tous les questionnements, que ce soit amoureux ou émotif. Ça parle beaucoup de recherche d’ouverture et de rencontre avec moi-même », confie-t-elle encore.

Elle n’oublie pas non plus sa grande sœur, Queen KA, avec qui elle a une relation extraordinaire : « Je ne pourrais pas vivre sans cette fille-là. C‘est tout pour moi. Et je troupe çà hyper pertinent qu’il y a deux Talbi dans l’industrie. Je suis très très fière de ma sœur. »

Le choix de la date du 14 février, Jour de la Saint-Valentin était complètement une coïncidence. Encore là, elle assume : « On s’est dit que dans cet album-là, il y avait énormément d’amour, alors pourquoi pas? »

Quelques photos du lancement de l’album

no images were found

Crédit photo : Stéphane Waffo

Une dédicace de l’artiste aux internautes de Touki Montréal

Ines Talbi sera en spectacle le 29 février au divan orange

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.