Sirocco d’érable façon Syncop

Une pincée de raï, une touche de reggae, de l’émincé de chaoui, des gouttes de chaâbi, quelques grains de hip-hop et de rythmes latinos, voilà la succulente recette du Sirocco d’érable façon Syncop.

Les 12 titres sont un concentré de musique du monde à la sauce québéco-magrébine, un couscoussier de tous les styles musicaux qui parviennent à avoir une unité malgré la multiplication des genres. Il satisfera les papilles musicales tant des mélomanes adeptes de musique urbaine que de sonorités orientales.

Sirocco d’érable reflète les nouvelles tendances musicales et le métissage de deux cultures propre à l’immigrant intégré qui tient à ses racines et au pays adoptif.

À noter, le nombre impressionnant de collaboration pour cet opus « qui collent à l’univers de l’album » d’après le chanteur Karim Benzaid d’origine algérienne. On peut entre autres citer Riddim Wise Sound, Chafiik de Loco Locass, Face-T.

La plupart d’entre eux accompagneront Syncop sur scène le 17 mars, à l’occasion du 20e Festival de la musique du Maghreb, qui représente aussi « 20 ans de communauté maghrébine à Montréal », selon Karim Benzaid.

Avec des rythmes toujours entraînants et des paroles encore mieux sculptées, Syncop ne perd pas la main sur ce deuxième album. Il est d’ailleurs aussi ensoleillé que Gens du Voyage sorti huit ans auparavant.

Si le dernier opus transmet la beauté du pays d’accueil et d’origine, il est aussi résolument engagé. « Je ne parle pas seulement d’amour et d’eau fraîche, mais aussi des travers de la société. Trabendo, par exemple, parle de l’aliénation par le travail », a expliqué Karim.

« Cette aliénation n’existe pas juste en Occident, mais partout! Il faut que ça balance, Elle n’a rien oublié, Vivant sont aussi des chansons engagées, a ajouté Karim Benzaid avec un sourire. Mais, il y a aussi de belles choses qui jaillissent de ce tourbillon. »

À surveiller

« En ce moment, je réécoute La Cabane à souk parce qu’il se pourrait qu’on en fasse un vidéoclip, a-t-il annoncé. À part la rentrée montréalaise qui a lieu en ce moment, on devrait être présent sur la scène estivale à Montréal et à l’extérieur. »

En attendant, Touki Montréal sera au Cabaret du Mile-End, le 17 mars. Et comme le dit Karim Benzaid, « on fête les 20 ans du Festival, alors vous pouvez venir abuser de la musique! »

Pour aller plus loin :

  • Autres membres du groupe : Caroline Dupont (flute), Joey Mallat (guitare), Sylvain plante (batterie), Gabriel Lajoie ( basse) et Aziz Badi (percussion)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.