Présences africaines au Québec

Près d’une vingtaine de personnes ont assisté, le 20 mars, à un débat-discussion sur le thème « Présences africaines au Québec » organisé par le Musée-Observatoire de l’Immigration à la Maison de l’Afrique-Mandingo.

L’activité, sorte de « soirée de palabre » était modéré par l’historienne Érika Nimis et les deux panélistes, Doudou Sow, sociologue de formation et conseiller en emploi au carrefour jeunesse-emploi Bourassa-Sauvé, et Frédéric Castel de la Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) de l’UQAM.

Après une longue, mais nécessaire mise en contexte par l’animatrice du jour, M. Castel a brisé la glace en présentant des résultats de ces études, compilation et une enquête «  journalistique » sur les présences africaines, particulièrement celles des Congolais de RDC, dans la Belle Province, notamment à Montréal, « capitale culturelle africaine ».

Le chercheur est revenu sur les différentes phases de l’immigration africaine à Montréal, des années 70 à maintenant. Près de 50 000 personnes nées sur le continent africain vivraient à Montréal et fait important, selon le chercheur, l’immigration « africaine » n’est l’objet que de peu d’études scientifiques.

Quant à Doudou Sow, il s’est penché surtout sur la question de l’emploi. Selon lui, c’est la « pierre angulaire de l’intégration des Africains ». Il a pointé la différence et l’écart important entre le taux de chômage de cette catégorie de personnes et les autres, mais aussi la question de la précarisation des femmes immigrantes, qui souffrent doublement.

Quelques photos de la soirée :

no images were found

Pour aller plus loin :

 

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.