Traverser sans la voir : la guerre d’Algérie sur un fil

Jusqu’au 11 mai, TRAMES la galerie et le Centre des textiles contemporains de Montréal (CTCM) présentent l’exposition Traverser sans la voir de Christine Peyret.

Inspirée d’images issues de fonds photographiques familiaux, de photos de presse et d’archives militaires, l’exposition revient sur la guerre d’indépendance (1954-1962) en Algérie.

Les œuvres de Christine Peyret, artiste française sont des toiles brodées. « Sans chercher à démontrer qui a tort et qui a raison, l’artiste y exprime la souffrance universelle de ceux et celles qui tentent de survivre dans un pays en guerre », explique-t-on dans un communiqué de presse.

À partir notamment de photographies, cette brodeuse d’histoire tisse par ordinateur sa spécificité d’artiste plasticienne textile. « La technique que j’utilise est la broderie assistée par ordinateur », précise-t-elle d’ailleurs.

Elle s’est aussi servie de son vécu. Forcement. Elle est née en Algérie. Et pourtant, « « Jamais je n’aurai pensé que ce serait aussi passionnant, moi la rebelle, l’antimilitariste primaire, la vieille ado attardée », confie-t-elle à  la journaliste Fabienne Mercier du Progrès.

Christine Peyret qui vit et travaille en France est également l’auteur d’un livre-catalogue, Traverser sans la voir : Se souvenir, broder, sur l’autre rive … la guerre, publié aux éditions du Roure.

Traverser sans la voir est présenté dans le cadre de l’événement En avril…fibre textile art.

Par ailleurs, TRAMES la galerie et le CTCM organise en marge de cette exposition une conférence de Djemaa Maazouzi, le samedi 21 avril 2012 à 13h.

Doctorante à l’Université de Montréal, achevant une thèse sur « La fabrication de la mémoire de la Guerre d’Algérie en France dans la littérature et le cinéma », Djemaa Maazouzi dressera un paysage des oeuvres littéraires, filmiques, dramaturgiques et plastiques à propos  la guerre d’indépendance algérienne.

no images were found

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.