Cabaret ô mille couleurs, prise 2!

0

L’organisme AfrikaWaly a présenté le 25 mai dernier la deuxième édition de son grand spectacle annuel : Le cabaret ô mille couleurs. Vif retour sur cette soirée chaleureusement orchestrée par le chanteur Xlim Diawara et sa charmante acolyte Aïssata.

L’initiative vise à amasser des fonds qui seront reversés au projet Éduc’Action, qui vise la construction d’une école dans la région de Kayes, au Mali.

Pour sa deuxième édition, les rideaux du Cabaret ô mille couleurs se sont ouverts sur la scène du théâtre Le National. Divisés en plusieurs chapitres artistiques, les talents venus d’ici, mais aussi d’ailleurs, ont su marquer le public dans toutes les disciplines confondues.

Tout au long de la soirée, les spectateurs ont assisté à une relecture de la vision d’une Afrique différemment représentée. Sans toutefois s’arrêter à ses frontières, le public a aussi été invité à découvrir le patrimoine de la culture des Antilles et de l’Amérique latine.

Sous le chapitre de la tradition, un défilé de mode de la boutique SouCamelias (de la designer Zahia Belbachir), ainsi que celles de la Maison de l’Afrique Mandingo illustraient les codes vestimentaires, avec pour slogan « Nos tenues s’empreignent de l’héritage de nos ancêtres » .

Le chant du Malien Dramane Koné a bercé musicalement les cœurs. Tandis que la danse orientale de la sensuelle Flany et celle du groupe Keteke ont ébloui.

Pour souligner le thème de la révolte, les mots du poète urbain Fabrice Koffy ont retenti dans la salle comme des balles tirées à blanc.

La force de la troupe de gumboots (danse originaire des miniers chercheurs d’or en Afrique du Sud) Stap a montré que l’expression du corps est un passeport de discours très forts. La danse Hip Hop avec BirdsnBeez est toute aussi historiquement symbolique pour tous ses adeptes.

Pour le côté festif, la célébration a été rythmée sur les pas de Titosalsabor (danse afro-cubaine) et celle des ravissantes Rwandaises d’Ihozo. La Dancehall, venue tout droit de la Martinique et de la Guadeloupe, proposée par Aldo Guizmo, a fait lever la foule, car « On ne peut pas célébrer assis! ».

Les pétillants humoristiques Reda Senassaoui et Neev ont provoqué des éclats de rires dans leurs récits épicés et sans gêne sur le multiculturalisme montréalais. « Montréal est une ville multiculturelle… parce que c’est le seul endroit où tu vois des marabouts dans le Journal Métro », a mentionné Reda le sourire aux lèvres.

Le voyage s’est achevé sur une ode à la femme appuyée, entre autres, par les énergiques colombiennes Son Miel et Canela. Leur danse rappelle celle d’Haïti. La collection Metys de Stéphanie Gadié a époustouflé tous les amoureux de la mode avec ses touches modernes de pagnes africains.

Le Cabaret ô mille couleurs est une palette d’artistes qui illumine la diversité culturelle. L’exercice a clairement été une réussite. AfrikaWaly, Unis pour l’Afrique est un rassemblement de jeunes professionnels et d’étudiants.

Fondé en 2008, cet organisme à but non lucratif a pour objectif de sensibiliser la population québécoise aux principaux enjeux socio-économiques auxquels est confronté le continent africain. C’est dans la réalisation de projets sociaux et éducatifs qu’ils comptent remplir cette tâche.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.