FrancoFolies 2012 : «C» comme Corneille «C» comme classe !

Il aura fallu six longues années avant de vivre les retrouvailles de Corneille avec son public Montréalais. L’occasion s’est donc présentée aux Francofolies de Montréal, le 14 juin. Les fans ont partagé un moment chaleureux avec leur vedette. Retour sur la soirée de Corneille et ses «Inséparables» au Club Soda.

Après la première partie introduite par le Montréalais (à surveiller de très près!) Marco Volcy, Corneille a débarqué sur la scène du Club Soda, grand sourire aux lèvres. Sans transition, il est entré dans le vif de l’action en interprétant son premier titre. Les cris et applaudissements de la salle témoignaient de l’enthousiasme de ses retrouvailles symboliques pour lui.

« Ça fait plaisir de voir qu’après six ans d’absence de show en salle, vous êtes toujours au rendez-vous! Merci beaucoup! » a-t-il lancé après avoir interprété L’espoir en stéréo pour démarrer la soirée.

Corneille semble très reconnaissant envers sa ville, Montréal, point de départ de tout. Il n’a pas hésité à le rappeler tout au long du concert.

Parmi les musiciens qui l’accompagnaient, certains étaient des locaux. Son directeur artistique n’est nul autre que… Marco Volcy.

Un ami, un complice, avec qui il a débuté dans la musique il y a une dizaine d’années. Bien avant de devenir célèbre en France, puis au Québec, c’est avec lui qu’il créait et chantait.

Après s’être perdu de vue, la vie les a de nouveau réunis sur le projet du dernier opus de Corneille, intitulé Les inséparables.

« Cet album est né d’une chanson qui s’appelle Elle. Elle n’est pas la mienne d’ailleurs! Marco Volcy et moi sommes des amis de longue date. On s’est tellement amusé à la faire que cela à découler sur la création d’un album tout entier », a-t-il expliqué.

Comme promis, Corneille a livré au public une bonne partie de ses succès. Rêves de star, Ensemble et Seul au monde ont d’ailleurs été repris par cœur par les spectateurs.

Inutile de décrire l’ambiance de folie lorsqu’il a entamé la chanson Avec classe. Les légendaires paroles qui ont fait craquer le public français de ses débuts : « «C» comme Corneille, «C» comme classe… Toi-même tu sais », ont retenti dans toute la salle.

Impossible de ne pas danser! Le chanteur a invité Mélissa (de la cuvée Star Académie 2012) a partagé la balade Le bon Dieu est une femme, une ode très romantique.

Corneille a aussi interprété des compositions de son dernier album : Des pères, des hommes et des frères, Les simples choses et une version très funky du Jour après la fin du monde. Les chansons s’enchaînaient et la température ne cessait d’augmenter.

Le spectacle touchait déjà à sa fin après une heure de prestation. Le public, comme sur sa fin en a demandé plus.

Corneille est revenu donc avec ses musiciens pour trois titres en rappel. Il ne pouvait pas les quitter sans avoir interpréter la célèbre Parce qu’on vient de loin! Un beau cadeau d’au revoir qui a laissé la mélodie« pa la pa pa» dans la tête de plus d’un.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.