Aziza Brahim : la voix des Sahraouis

Le label Reaktion s’est imposé au fil des années comme un incontournable pour les amateurs de musique saharienne. Avec la sortie du premier album d’Aziza Brahim, Mabruk, Reaktion confirme son statut de dénicheur de talents. Portrait.

Ils sont bien loin des clichés montrant le Sahara comme un vaste espace désertique dénué de toute existence. Nombre d’artistes, inspirés par le succès de Tinariwen, continuent de montrer que, non seulement la vie existe bel et bien dans la région, mais que la diversité des populations y demeurant est à l’origine d’une grande richesse culturelle.

Voilà aussi l’objectif de Sedryk, l’homme derrière le nom Reaktion. Lui qui est tombé en amour avec le Sahara il y a une dizaine d’années présente en la personne d’Aziza Brahim une artiste non pas touarègue, une fois n’est pas coutume, mais sahraouie.

Aziza Brahim
Crédit photo : Djogo Niemeyer

Les Sahraouis, nom généralement donné aux populations vivant dans le territoire contesté du Sahara occidental, ont plusieurs points communs avec leurs voisins touaregs; notamment leur société qui a fait l’objet d’un grand changement social depuis la colonisation, avec des répercussions sur l’art en général, et la musique en particulier.

Les nouvelles générations de musiciens ont ainsi introduit des éléments dits occidentaux, telle la guitare, dans leurs compositions mais ils ont su les transcender pour les fusionner avec leurs traditions propres.

Aziza Brahim illustre ce concept parfaitement sur Mabruk. Elle s’approprie le blues (Invasores), le funk (Sensación del Tanque), ou encore des influences andalouses (Laaiún Ezeina), le tout sur fond rythmique au tabal, percussion traditionnelle sahraouie.

Mention spéciale à la très cadencée La Tierra Derrama Lágrimas, un chant en hommage aux défenseurs de la liberté au Sahara occidental, un thème central de l’album. Difficile en effet d’ignorer le conflit qui sévit dans la région depuis presque quarante ans, un combat dont Aziza se veut une porte-parole.

C’est aussi tout l’intérêt des sorties du label Reaktion, Sedryk les voulant autant musicales qu’informatives. Il insiste que « la musique est un vecteur très fort puisqu’universel », voyant ainsi un moyen de rapporter au reste du monde les conditions de vie difficiles des populations présentées.

La vie d’Aziza Brahim est passée par des étapes mouvementées, des camps de réfugiés en passant par Cuba, et sa musique en ressort d’autant plus riche. Avec ce premier album, c’est toute son expérience qui resurgit. Celle qui jouit d’un statut de musicienne confirmée depuis presque vingt ans nous apporte une grande bouffée d’air frais en ce début d’été. Sans aucun une lauréate 2012 des prix de la musique africaine.

En marge de cet album, Reaktion en collaboration avec le label allemand Glitterhouse a récemment publié une compilation vendue au profit des populations réfugiées du Nord-Mali suite au conflit débuté en janvier 2012. Elle contient de très nombreux titres rares ou inédits d’artistes touaregs tels que Tinariwen ou Bombino. Cliquez ici pour plus d’informations.

La vidéo du titre d’Aziza Brahim, La Tierra Derrama Lágrimas :

Par Nicolas Roux

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.