World Kora Trio : Un cocktail jazz métissé

Composé du violoncelliste américain Eric Longsworth, du joueur de Kora d’origine malienne Chérif Soumano et du percussionniste-chanteur originaire de Marseille, Jean Luc Di Fraya, World Kora Trio a subjugué le public lors de sa prestation du 28 juin au Gesù.

Le Festival international de Jazz de Montréal est un incontournable lorsqu’il s’agit de découvrir des groupes musicalement innovateurs. La formation World Kora Trio en est un bon exemple avec son mélange des genres qui donne des résultats très surprenants.

Installés devant leurs instruments respectifs, les musiciens du World Kora Trio ont plongé les spectateurs dans un univers acoustiquement relaxant. Dans la salle du Gesù, les sonorités de l’Afrique de l’ouest berçaient les têtes et les esprits.

Chacun des musiciens racontait une histoire. Entendre les cordes de la Kora vibrer sur une base de musique jazzy la rendait magique. Voir Jean Luc Di Fraya se défendre sur un djembé ou une  derbouka  avec beaucoup d’énergie impressionnait. Quand à Éric Longsworth, il soutenait le rythme de ses collègues avec entrain sur son violoncelle.

Provenant de pays et d’horizons différents, le trio a démontré une forte complicité. Souriant, se taquinant et communiquant par le seul langage de la musique, ils ont joué avec cœur. Le public ne s’est d’ailleurs pas gêner pour applaudir les prestations qui marquaient leur attention.

« Inspirés de la musique traditionnelle de l’Afrique de l’Ouest, nous avons déformé ou arrangé à notre sauce ce style », a lancé Éric Longsworth entre deux compositions.

« La Kora est un instrument très noble, a-t-il ajouté. Avec 21 cordes, seuls les initiés le jouent au Mali. Vous comprendrez qu’il faut du temps pour l’accorder ! »

Comme un voyage sonore, les chansons embarquaient le public vers des mondes uniques. Et la musicalité laissait cours à l’imagination de chacun.

La musique est bien une langue universelle et tout le monde semblait la comprendre ce jour-là dans l’assistance.

Le passage de ce groupe était très attendu par certains amateurs de musique. La rencontre fut plus qu’agréable grâce au Malien Chérif Soumano et ses amis et à leur composition à la fois moderne, mais traditionnelle.

Outre l’étape montréalaise, les trois compères devaient se rendre cet été au Mexique dont le Festival EuroJazz où le Trio représente la France, en Afrique ( Mali et Burkina ).

La date de sortie de leur album, Korazon, était prévue courant deuxième semestre 2012.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.