La Source des femmes de Radu Miheaileanu

Après son film Le Concert, qui avait clos le Festival Cinémania en 2009, le réalisateur de Vavis et deviens a sorti en 2012, La Source des femmes,  un film sur la grève de l’amour dans un petit village, quelque part entre l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient.

La Source des femmes narre l’histoire de Leila (Leila Bekhti), qui initie un mouvement de grève d’amour et de sexe dans le village où elle s’est retrouvée après avoir marié un gars du coin Sami (Saleh Bakri), l’instituteur.

À l’origine de ce mouvement de contestation, la volonté des femmes de  transférer aux hommes certaines des lourdes tâches quotidiennes, comme par exemple le fait d’aller chercher tous les jours l’eau à la source, en haut d’une montagne, sous un soleil de plomb.

Pendant ce temps, les hommes, qui jadis faisaient la guerre ou protégeaient le village ne font plus rien que boire du thé à longueur de journée. Conséquences, seules les femmes se blessaient ou étaient à risque, et ce, dans l’indifférence totale d’une partie de la gent masculine.

Partant d’une histoire similaire en Turquie, en 2001, Radu Miheaileanu, homme et juif, a décidé de prendre sa caméra et de filmer des femmes musulmanes.

« J’étais convaincu dès le départ que le film aurait plus de force dans un contexte musulman : cela nous permettait d’évoquer le Coran et l’islam, souvent mal connus, et objets de tous les clichés et fantasmes », explique-t-il.

La chanteuse et actrice Biyouna

En marge des révolutions qui ont marqué cette partie du monde, ce cinquième long-métrage de Radu Mihaileanu, bien que traitée en comédie (dramatique) relate avec justesse le combat de la condition féminine, mais également celui de la tolérance.

Les personnages de Leila Bekhti et Saleh Bakri ressortent fortement du lot. En étrangère et en femme « moderne », l’actrice (Mauvaise foi, Un prophète, Tout ce qui brille) forme avec son mari l’exemple d’une jeunesse qui ne soumettra pas forcement aux mauvaises habitudes d’antan.

Quant au personnage de Biyouna, il réconcilie bien le fait que tradition n’est pas forcement gage de meilleur, et que parfois, il faut de la tolérance, du courage, mais de l’expérience et du vécu pour se battre pour les futures générations.

Radu Miheaileanu parle de son actrice Biyouna

« Elle a été une fantastique surprise, confie d’ailleurs le réalisateur, mais également scénariste du film. Je me demandais au départ si elle arriverait à tenir de longs monologues, puisqu’elle est essentiellement chanteuse, et moins actrice, mais dès les essais je me suis rendu compte qu’elle avait tout ce que je recherchais : l’autorité naturelle, l’humour, la voix et l’ironie ! C’est une grande actrice, « Biyou » crève l’écran ! »

Présenté en Sélection officielle au Festival de Cannes de 2012, le long métrage La Source des femmes va être projeté dans les salles de cinéma du Québec dès le 10 août.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.