Amadou et Mariam, sous un soleil de plomb, à Osheaga 2012

Le couple d’aveugles le plus célèbre du Mali et du continent ont fait montre de leur talent, le vendredi 3 août, sur la scène de la Montagne, dans le cadre de la septième édition du Festival musique et arts Osheaga.

Profitant de leur tournée mondiale, Amadou Bagayogo et Mariam Doumbia, ainsi que leur équipe ont fait une escale attendue au parc Jean drapeau de Montréal. « Est-ce que ça va, n’a sans cesse demandé Amadou, 57 ans. Est ce que tout le monde est en forme ? »

Le Malien et sa femme ont tour à tour chanté des chansons de leur dernier album, Folila, au fort accent de mélange de sonorités. Sans l’homme derrière cet album, Bertrand Cantat, ils ont notamment entonné le titre Africa, mon Afrique.

Actualité oblige, il a également été question de la situation du Mali, aux prises avec des actes que plusieurs considèrent comme du terrorisme pur et dur. À leur façon, le sourire toujours bien affiché, Mariam Doumbia et son mari, ont notamment donné de la voix en chantant C’est pas facile pour les Aigles, comme à Bamako.

« Dansez dansez, c’est la joie, a lancé la femme de 53 ans. »

Elle a ensuite invité le public, surtout composé de jeunes en feu, à chanter la pièce Wily Kataso, également sur le dernier opus du groupe. « Nous allons chanter ensemble, a-t-elle dit. 1,2,3,4,5.. On y va tout le monde… »

La réalité d’un temps beaucoup trop court aura finalement eu raison du groupe.

Pour finir en beauté cette fête (du samedi…), les six membres du groupe ont entonné l’inoubliable chanson, un dimanche à Bamako.

Tout en remerciant chaque membre de la tournée, Amadou et Mariam ont conclu les 50 minutes de spectacle que l’organisation d’Osheaga leur avait réservé, et ce, dans une ambiance composite, entre électro, sonorités ouest-africaines, pour le plus grand plaisir des nombreux admirateurs présents dans la foule.

[audio:http://toukimontreal.com/actualites/wp-content/uploads/2012/08/Amadou_Mariam1.mp3|titles=Amadou et Mariam a Osheaga]
Après Montréal, le groupe prenait la route pour jouer le lendemain à New York, Chicago puis Minneapolis avant un retour au Canada, à Edmonton, etc..

 

Photo : Pat Beaudry, Courtoisie, Osheaga

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE