Les quatre coins du monde (livre 1) d’Hugues Labiano

Coïncidence ou simple hasard, avec son ouvrage Les quatre coins du monde publié en 2012 chez Dargaud, Hugues Labiano aborde l’épineuse problématique de la question touareg au début du XXe siècle, alors que la vielle Europe sommeillait.

« Au coeur des immensités du Sahara, loin des hommes et de la civilisation, entourée de héros flamboyants et rares, il entrera, à son tour, dans la légende… »

Cet homme, c’est le sous-lieutenant Dupuy, un jeune officier de l’armée française qui débarque un jour dans un régiment un peu spécial dans l’Oasis d’In Salah.Il va alors tenter de se construire une personnalité et une réputation au sein des troupes méharistes du général Laperrine (Marie Joseph François Henry Laperrine d’Hautpoul, à la tête de l’Unités sahariennes françaises).

L’histoire se déroule en 1913, en plein impérialisme/colonialisme/ et l’objectif est de contrôler les territoires du Sahara à l’époque de l’Algérie française.

Aux côtés de touaregs d’Algérie ou de Libye, le chef Dupuy va connaître tous les barouds (combats en arabe) possibles avec ou sans Takouba (épée touarègue). Il apprendra le mot Tazibert (patience en tamacheq, langue berbère). Cet apprentissage à la dure sera possible tout d’abord grâce à son ami et mentor, le capitaine Barentin.

Le premier de ce nouveau diptyque de Labiano commence en 1919, dans le massif du Hoggar. Dupuy, à la recherche de Barentin, raconte au jeune lieutenant Dewaere le mystère du désert et les nombreuses aventures qu’il a connu avec son mentor.

Pour son premier scénario, le dessinateur Hugues Labiano  a choisi de faire voyager ses lecteurs dans le désert du Sahara et au cœur d’une guerre dont il est difficile de se remémorer. Pour autant, cette histoire fait écho à la situation au Mali avec les rebelles touaregs qui veulent ériger un pays indépendant dans la région nord du pays.

Il n’est toutefois pas question que de guerre. Bien au contraire. L’ouvrage propose d’en apprendre plus sur des termes touaregs, mais surtout sur les habitudes de vies de ces militaires, leur lien privilégié avec les tribus nomades et les relations particulières entre toutes ses tribus pas forcement affectueuses…

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.