Top dix des livres de l’année 2012

Pour fermer  la page de l’année 2012, les journalistes et collaborateurs de Touki Montréal ont dressé le palmarès des 10 ouvrages qui ont retenu leur attention. Wilfried N’Sondé, Felwine Sarr, Scholastique Mukasonga, mais également Leonora Miano, Eric Borg et d’Alex Talamba, Henri Lopes, Tierno Monénembo, Tahar Ben Jelloun, Alain Mabanckou et Stefano Casini et Laurent Galandon sont les choix de cette année.

1- Fleur de béton, Wilfried N’Sondé, éditions Actes Sud

OLYMPUS DIGITAL CAMERA Le dernier livre de Wilfried N’Sondé, écrivain et musicien d’origine congolaise, est un roman d’apprentissage des temps modernes. Son héroïne, Rosa Maria, grandit dans une cité imaginaire semblable à celles qu’on trouve dans la banlieue parisienne. Elle y apprend aussi à aimer, devenir une femme, perdre ceux qu’elle aime. N’Sondé signe là une œuvre remarquable, qui dit l’adolescence et sa soif d’exister.

2- Méditations africaines, Felwine Sarr, éditions Mémoire d’encrier

Cet ouvrage est un « patchwork » textuels : aphorismes, réflexions, extraits de journal intime et paraboles se suivent au fil des pages. Organisé en plusieurs parties (« journal de mes pas hâtés », «suites ininterrompues », etc.) le livre promène le lecteur dans l’esprit de son auteur sénégalais, Felwine Sarr. On peut lire ce livre d’une traite, mais on peut aussi choisir de le laisser au coin du lit, au fond de son sac et d’en grappiller ça et là des petites sagesses et poésies quotidiennes.

3- Notre Dame du Nil, Scholastique Mukasonga, éditions Gallimard

Scholastique Mukasonga, écrivaine rwandaise, a créé la surprise en décrochant le prix Renaudot alors qu’elle ne figurait pas parmi les finalistes. Son troisième roman, Notre Dame du Nil, raconte l’histoire d’un pensionnat de jeunes filles rwandais, dans les années 70. Scholastique Mukasonga continue encore et toujours de disséquer la société rwandaise et d’y traquer ce qui a bien pu conduire au terrible génocide, et ce dans une langue virtuose

HABITER LA FRONTIÈRE4- Habiter la frontière, Léonora Miano, L’arche éditeur

Ouvrage essentiel pour qui s’intéresse à la dernière génération d’écrivains africains, Habiter la frontière regroupe des textes issus de conférences prononcées par l’écrivaine d’origine camerounaise, le plus souvent hors de France. Elle y livre des réflexions sur ses propres travaux et questionnements. Réflexions qui peuvent s’appliquer à d’autres, tant sont nombreux aujourd’hui les écrivains et individu africains à « habiter la frontière ».

5- Sidi Bouzid Kids d’Eric Borg et d’Alex Talamba, éditions Casterman

La collection KSTR de la maison d’édition Casterman a eu la brillante idée de publier Sidi Bouzid Kids, une bande dessinée  coup-de-poing qui revient sur les évènements qui ont déclenché la révolution tunisienne et le départ de la famille Ben Ali et Trabelsi. Le livre est toujours en compétition pour le Prix lycéens de la BD 2013.

6- Une enfant de poto poto, Henri Lopes, éditions Gallimard

L’auteur du truculent Pleurer-rire a choisi le nom d’un quartier pauvre de Brazzaville comme titre de son dernier roman. Son héroine et narratrice, Kimia, y a grandi mais le récit va plus s’attacher à suivre son parcours dans la capitale et par-delà le monde qu’à narrer la vie du quartier.

L’écrivain tisse une intrigue internationale autour de trois personnages liés par leur enfance dans cette ville. La question du métissage et des racines sous-tend ce roman qu’on peut également lire comme un ballet plaisant et aussi rythmé qu’une bonne rumba congolaise.

7- Le terroriste noir de Tierno Monénembo, éditions Seuil

Récipiendaire du Prix du Roman Métis 2012 avec ce roman historique, Le terroriste noir (Seuil), Tierno Monénembo (Prix Renaudot en 2008 avec Le roi de Kahel) revient sur l’histoire peu connue de ceux que l’on nommait durant la Seconde Guerre Mondiale les « tirailleurs sénégalais ». Solidarité, découverte de l’Autre et amour d’une France Libre sont les principaux […]

Le bonheur conjugal, Tahar Ben Jelloun8- Le bonheur conjugal de Tahar Ben Jelloun, éditions Gallimard

Dans Le bonheur conjugal, son dernier ouvrage, paru en aout dernier aux Éditions Gallimard, l’écrivain franco-marocain, Tahar Ben Jelloun, s’attaque à l’institution du mariage. Foulane et Amina sont mariés depuis plus de 20 ans, et comme beaucoup de couples, Marocains et d’ailleurs, ils se sont aimés, mais ont ensuite appris à se détester.

9- Le Sanglot de l’homme noir d’Alain Mabanckou, éditions Fayard

L’auteur de Black Bazar et Demain j’aurais vingt ans, Alain Mabanckou, a repris l’expression chère à Pascal Bruckner, Le sanglot de l’homme blanc (Seuil), dans un essai publié chez Fayard et qui s’attaque à la condition de l’homme noir : le Sanglot de l’homme noir.

10- La Vénus du Dahomey de Stefano Casini et Laurent Galandon, éditions Dargaud

Stefano Casini et Laurent Galandon ont publié aux Éditions Dargaud l’épisode 1 d’une histoire en deux tomes d’une des dernières amazones de l’Afrique de l’Ouest, La Vénus du Dahomey. Diamanka et son petit frère, Djiba, sont issus du peuple dahoméen et se retrouvent en 1887 à la prison de Cotonou (capitale économique actuelle du Bénin)

Grands reporters, 20 histoiresMention spéciale : Grands reporters, 20 histoires vraiesCollectif XXI

La Maison d’édition Les arènes publie un recueil de 20 histoires vraies et étonnantes publiée dans le magazine XXI. Elles sont drôles, émouvantes, curieuses, cruelles, toujours humaines.  Elles explorent le XXIe siècle en train de s’écrire. Parfois tout près, parfois très loin.

Les auteurs : Joe Sacco, Emmanuel Guibert, Alain Keler, Jean-Philippe Stassen, Olivier Kugler, Jean Harambat, Hugo Bertotti, Agnès Montanari, Didier Tronchet, Olivier Balez, Pierre Christin, Hippolyte, Jacques et Pierre Ferrandez, Denis Deprez, Renaud De Heyn, Jeroen Janssen, Frédéric Lemercier, Maximilien Le Roy, Erwan Manac’h, Gwenaël Manac’h.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.