Burundi : les nounous étudiantes très appréciées des parents

Au Burundi, les étudiantes qui gardent les enfants à domicile ont la cote auprès des parents. Ils les estiment plus fiables, plus attentionnées et meilleures éducatrices que les bonnes.

« Nous faisons de ces enfants, nos meilleurs amis, pour qu’il y ait un rapprochement; contrairement aux bonnes qui peuvent les taper, jusqu’à les traumatiser, selon des témoignages entendus », affirme Elodie Shimwe, 20 ans, étudiante en droit à l’université Sagesse d’Afrique, qui garde régulièrement des enfants.

Blandine Niyongere et Stella Ninzigamire, deux jeunes femmes d’une vingtaine d’années, ont été, en 2009, les initiatrices de Babies’s friends, une association de 67 membres, qui prend en charge les enfants à domicile. « Nous rassemblons les jeunes filles pour leur donner des consignes et nous faisons nos propres investigations sur les candidates. Elles doivent avoir de bonnes mœurs, ne pas voler, avoir de la moralité. » C’est l’association qui suit aussi les disponibilités des unes et des autres pour répondre aux besoins des familles.

Les parents en confiance

Enfants_BurundiNina Nikuze, étudiante en sciences sociales, apprécie beaucoup ce travail : « Je suis passionnée par le baby-sitting, rester avec des enfants, les occuper utilement, leurs apprendre à parler, les initier à des jeux… et gagner 5000 Fbu (2,7 $) par jour dont je garde les ¾ et le reste pour l’association, lance-t-elle avec un sourire. En plus, je prépare mon avenir comme future maman au foyer ».

« La particularité de ces jeunes, constate Pierre Ntahorubuze, père de six enfants, c’est qu’elles expriment de l’affection envers les enfants, par contre, chez certaines bonnes, c’est de la violence. » Or l’enfant peut développer un comportement d’autodéfense ou de refus de tout ce que l’on lui dit ou lui donne » indique Dr Klor Musambya, spécialiste de l’éducation des enfants, professeur d’université.

« Quitter la maison sans être sûre du suivi de tes enfants, c’est difficile, pourtant avec ces jeunes filles, je suis tranquille, je sais que mon enfant est dans de bonnes mains », confirme Sandrine Muhoza, banquière et mère de deux enfants. Car, selon elles, des bonnes peuvent laisser les enfants seuls à la maison ce que les jeunes filles ne font jamais. « Il y a quelques mois, un enfant est mort noyé dans un bassin d’eau dans une chambre pendant que la domestique discutait avec ses amis à l’extérieur », s’exclame Louise Mutoni, mère de deux enfants. Selon la police 58 enlèvements et assassinats d’enfants impliquant les domestiques ont été recensés depuis trois ans.

Mieux éduqués

En outre, selon Dr.Susanne Nyirago, médecin pédiatre dans un hôpital public, « la propreté des enfants n’est pas bien assurée, des maladies qui frappent les enfants et les nourrissons proviennent des bactéries auxquelles ils sont exposés par les bonnes. »

Une meilleure attention à l’hygiène mais aussi une meilleure éducation sont, selon les parents, les principales qualités de ces jeunes « nounous ». « Je me réjouis de la manière dont l’enfant a développé ses capacités intellectuelles, et soigne son langage et aussi distingue les bonnes choses des mauvaises », affirme Marcienne Cizanye qui, depuis deux ans engage des nounous et apprécie l’éducation irréprochable de ses enfants. Tatiana Nihoze, sa fille âgée de 3 ans 6 mois, qui ne parlait pas clairement n’a plus de problèmes.
« Je leur apprends à regarder, les oiseaux qui volent, les insectes, les reptiles pour mesurer ses sensations », indique Mélodie Mukiza, 20 ans, étudiante en sciences infirmières.

Un enfant éduqué par une bonne est différent de celui qui l’est par ces jeunes étudiantes, car, ces dernières ont une formation intellectuelle qui leur permet d’avoir des choses à dire et à lui apprendre. « En classe mon enfant se classe parmi les premiers depuis qu’il est souvent avec ces jeunes filles, souligne Muhorakeye, Natacha, mère de quatre enfants. Ce qui n’était pas le cas pour les autres qui lancent des injures et ont développé des comportements parfois violents. »

Par Gabby Bugaga

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.