Gris, le deuxième album de Cécile Doo-Kingué

Pour son deuxième album, Cécile Doo-Kingué a repris sa guitare pour de nouvelles envolées, cette fois entièrement dans la langue de Molière.

CDK_Gris_AlbumCoverDans ce deuxième album, la chanteuse, qui a vécu aux États-Unis et en France avant de poser ses valises définitivement à Montréal, se confie, parle de lendemains de veille, de vague à l’âme et d’envies de vivre.

Aunt jemina ouvre l’album dans un pur style soul. La pièce Bouteille est moins flamboyante et électrique. «Consumée de passion, tu vis en contrefaçon, de peur de t’assumer», dit-elle.

Cet opus, «résolument soul, aux accents de chanson et de blues» est une continuité de son premier, Freedom is calling, qui exposait des sonorités blues, mais qui comportait des morceaux s’assimilant au répertoire folk et rock.

Le titre 2 minutes, qui dure en réalité 4’56, traite de la nécessité de prendre un peu de temps, de recul, «pour respirer», «se ressourcer», «faire le vide», «Éliminer [les] pensées nocives», «apprendre à vivre».

«There is no rush, Just get in touch, Take time to live life», clame la chanteuse camerounaise.  Oui, ici et là, Doo-Kingue s’insurge dans la langue de Shakespeare, mais jamais pour très longtemps, le français étant son choix.

cecile_doo_kingue_site«[Ce] choix n’était pas conscient, avait-elle fait savoir dans une entrevue. J’essayais de terminer mon deuxième album qui s’enlignait à être anglophone et les textes ont décidé de sortir majoritairement en français..lol»
À noter également que certains titres de l’album ont été réalisés en collaboration avec Gern f. des United Steel Workers of Montreal.

Cécile Doo-Kingué est loin d’être une débutante. Elle s’est notamment illustrée au sein de groupes comme Dibondoko, Aliens, Syncop ; accompagné, les artistes comme Corneille, Montreal Jubilation Choir, Tricia Foster, Marie-Christine, mais également Youssou N’Dour et Manu Dibango.

«Oiseau de nuit, mais lève-tôt aguerrie, bien chez elle et voyageuse, fille de bar et fille qui travaille sans cesse, parolière bilingue et artiste au son international, Cécile Doo-Kingué surprend et charme à tout coup», indique-t-on dans un communiqué.

Considérée par plusieurs connaisseurs comme l’une des meilleures guitaristes à Montréal, Cécile chante également en Douala, notamment sur la pièce Kwedi : «Kwedi ñé bobé, Mais Dipita est fort».

La chanteuse a d’ailleurs été sélectionnée pour jouer, le 8 février, au Studio-théâtre de la Place des Arts, dans le cadre de la série Découverte des Week-Ends de la chanson Quebecor.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.